search

Accueil > Se documenter > Bourgogne > Histoire locale : ressources pour la classe > Cédérom La Résistance dans l’Yonne, ARORY.

Cédérom La Résistance dans l’Yonne, ARORY.

samedi 18 octobre 2008, par J-F Boyer webmestre

 Cet important travail historique mené à l’échelle d’un département n’aurait pas été possible sans l’existence d’une véritable équipe. Huit professeurs icaunais et un étudiant titulaire d’un DEA d’histoire contemporaine ont accepté – par passion et par amitié - de se consacrer à ce projet pendant plus de quatre ans. L’aide financière du Conseil Général de l’Yonne et l’appui logistique parisien de l’AERI (Association pour des Etudes sur la Résistance Intérieure) ont été aussi déterminants. Notre cédérom a l’ambition d’être un ouvrage historique rigoureux. Présenté sous une forme vivante et interactive il est aussi un véritable outil pédagogique.

  

Notre méthode

Notre ambition et notre objectif étaient de réaliser un travail de recherche historique sur l’Yonne sous l’Occupation. Nous entendions partir des sources primaires, ne pas privilégier les sources orales sans les négliger cependant, ne pas considérer comme « ayant valeur de sources » des récits ou chroniques d’anciens résistants qui ont imposé dans notre département des représentations collectives considérées comme des vérités établies.

Nous nous sommes attachés dans le strict respect de la méthode historique à un travail de recherche dans les archives. Nous avons dépouillé plus de 300 liasses aux archives nationales ainsi qu’ aux archives départementales de l’Yonne et de la Côte-d’Or (rapports préfectoraux, rapports de police et de gendarmerie, archives judiciaires et militaires etc.). Les archives privées ont été mises à contribution, ainsi que les ouvrages universitaires et les récits divers, inédits ou publiés. Les sources ont été recoupées et critiquées ; les fiches sont signées et les sources toujours citées.

 

Le contenu du cédérom

 - Biographies. Nous proposons près de 350 biographies de résistants (responsables d’organisations, chef de maquis, mais aussi agents de liaison, maquisards et autres résistants « de la base »), ainsi que quelques biographies de représentants de l’Etat français, de notables, d’occupants, d’agents de l’ennemi.

- Lieux de mémoire. Une carte interactive ou un tableau alphabétique muni d’un moteur de recherche permettent de localiser la quasi totalité des plaques, stèles et monuments commémoratifs répartis dans le département, de les visualiser, et d’avoir accès dans la plupart des cas à la biographie de ceux dont les noms figurent sur la pierre, ou au récit de l’événement qui en est à l’origine.

- Chronologie. Elle met en perspective les événements qui se déroulent dans le monde, en France et dans l’Yonne de 1939 à 1946. Plus de 150 événements font l ‘objet d’une analyse ou d’un récit, qu’ils concernent les activités de résistance ou les autres aspects de l’occupation, de la libération et de la reconstruction économique et politique. Un moteur de recherche sélectif très efficace l’accompagne.

- Atlas. Il rassemble une quarantaine de cartes, quelques-unes à l’échelle nationale, la plupart à celle du département. Modernes, claires et interactives, elles ont pour thème les activités de résistance (sabotages, parachutages), la localisation des maquis, les déplacements des groupes, l’épuration etc.

 

Deux entrées thématiques rassemblent la majorité des notices historiques :

- Aspects de la Résistance présente plusieurs centaines de fiches consacrées aux activités de la Résistance, aux organisations (réseaux, mouvements, organisations paramilitaires), aux combats pour la Libération, aux campagnes des maquisards engagés au cours de l’hiver 1944-1945 dans la campagne des Vosges et d’Alsace, mais aussi à la mémoire et à la sociologie de la Résistance.

- La Résistance dans son environnement propose près de 200 fiches consacrées à l’Yonne sous l’Occupation : l’occupant et sa répression, la Révolution nationale, la collaboration, la déportation des juifs et l’aryanisation, l’économie et la vie quotidienne etc.

Les thèmes traités sont toujours replacés dans une perspective nationale, qu’il s’agisse d’événements ou d’organisation. Ainsi une fiche consacrée à la Révolution nationale, au mouvement Libération-Nord ou au STO proposera d’abord dans une première partie une courte et claire présentation de la question sur un plan général avant d’aborder les aspects départementaux. Il ne s’agit pas d’un travail d’histoire locale mais d’un travail historique à l’échelle d’un département de la zone occupée.

- Médiathèque. Le cédérom est un média qui nous permet de proposer à ses utilisateurs près de 2000 photographies, quelques extraits de films issus de collections privées ou des archives de l’INA, des enregistrements de résistants, des chansons etc. Souvent commentés, parfois analysés, toujours mis en perspective, ces documents sont bien davantage que des illustrations comme le montrent les conseils d’utilisation pédagogique que l’on trouvera dans le livret d’accompagnement ou par un accès direct à l’écran.