Accueil  >  Enseigner  >  Géographie > Développement de l’Afrique : habiter une ville Nairobi (avec un focus sur Dandora).

Rubrique Habiter

Développement de l’Afrique : habiter une ville Nairobi (avec un focus sur Dandora).

Le 25 novembre 2009 - J-F Boyer webmestre

Cette article propose des documents sur la ville de Nairobi et sur Dandora le plus grand dépotoire de la ville.

Le fichier Kmz sur Nairobi et le focus sur Dandora peuvent être utilisés pour lenouveau programme de 6e, habiter la ville.

Avec les mêmes documents et des problématiques adaptées et différentes on peut balayer certaines parties des programmes de 6e, 5e et le nouveau programme de 5e ( Thème 2 : les dynamiques de la population et le thème 4 la pauvreté dans le monde). Les documents peuvent aussi servir en lycée.

Quelques explications sur la séance Nairobi (avec un fichier Kmz)

Elle est développée autour de courts extraits tirés des pérégrinations menées par Danielle de Lame, anthropologue, chercheurs au Musée Royal de l’Afrique centrale, Tervuren, Belgique. Son article Gris Nairobi : esquisses de sociabilités urbaines est tiré de l’ouvrage : Nairobi contemporain, les paradoxes d’une ville fragmentée, sous la direction de Hélène Charton-Bigot et Deyssi Rodriguez-Torres, Ifra-Karthala, 2006.

Problématique :

L’extrait ci-dessous explique notre problématique : Nairobi témoigne-t-elle des contraste sociaux ?

Nairobi écrit Danielle de Lame "concrétise dans ses bétons et ses boues les inégalités et les contrastes produits des avatars visqueux des commerces et des modes de consommation de ce siècle. Faute de pouvoir tout en saisir, nous en suivrons pour découvrir la ville une coupe sud-est/nord/ouest. Nous tenterons de discerner les contrastes et les constantes, ces dernières résultat de la reproduction, à des niveaux divers, d’une logique semblable dans l’aménagement urbain, une logique de ségrégation". 

Démarche :

Pour rendre vivant le cours, j’ai opté pour un fichier kmz regroupant différents repères, en vert ceux des quartiers évoqués par D.de Lame, en jaune et rouge des repères supplémentaires, utilisables pour la correction ou pour une autre problèmatique ( par exemple le lien ville campagne avec la photo de l’éleveur et le parc nataional).

Dans un premier temps, en salle informatique, les élèves remplissent un tableau en prélevant les informations des repères mais aussi ceux qui sont sur les images satellites. Dans une seconde heure, une correction est apportée pour aboutir à une réponse de notre problèmatique : ségrégation sociale et spatiale.

Dans un second temps, une visite rapide (avec vidéo projecteur en classe) de Bamako permet de retrouver à peu près le même constat même si le mélange entre pauvre et riche est plus important (mais avec des barrières, des murs...) et les quartiers riches moins développés (le long du fleuve Niger, centre). Le fichier Kmz est pour l’instant plus succinct, j’attends des informations d’une collègue, installées dans la ville.

Voici le témoignage de l’ancienne enseignante de mon fils ( 9ans) partis enseigner à Bamako : "Il y a un tout petit endroit industriel mais il est vraiment petit : il se trouve entre la route qui va vers koulikouro et la route de sotuba.
On ne parle pas de bidonvilles ; la plupart des maisons sont qd même en ciment avec de la taule dessus.
Pour ce qui est des quartiers riches il y a un quartier vraiment très riche au bord du Niger mais aprés dans les quartiers et c’est tres particulier à bamako les riches et les pauvres vivent dans les mêmes quartiers.
Il y a un peu un centre avec les batisses coloniales et le grand marché mais sinon ça s’arrête la. Le reste est assez dispersé dans toute la ville".

Pour terminer des documents apportent des explications sur l’accroissement de la population dans la ville de Nairobi et montre le bidonville comme une normalité en Afrique. On peut reprendre l’interrogation de Danielle de Lame :

"Je voudrais poser une question. Devant la clochardisation de plus de la moitié de la population de Nairobi, peut-on parler de marginalisation sociale ? la marge est-elle différente dans l’ennui pauvre ds campagnes aux lendemains prédictibles, ou dans la misère des villes où chaque jour un coup de dés pourrait faire ourner la chance ? Et qui est dans la marge lorsque près des deux tiers de la population s’y trouve ? N’est-ce pas plutôt l’élite qui se marginalise volonairement par rapport à la majorité de la population ? Cette élite participe à des degrés divers aux versions locales du cosmopolitisme. Pour une fraction des élites, ces versions se confondent avec un cosmopolitisme réel. La majorité de la population du pays, par contre n’a même pas accès, dans l’imaginaire, aux signes d’une participation à la vie du village global". (page 280)

3e séance : quelques explications.

L’idée d’utiliser Dandora plus gros dépotoire de Nairobi est venu de la lecture d’un article dans Le Monde du 7 mai 2009. Toutefois, pour cette séance j’ai préféré montrer un reportage d’envoyé spécial de novembre 2009.

Le lien (dans le fichier kmz et un peu plus bas dans cet article) vers l’émission "envoyé spécial" permet de travailler sur le Bidonville et le dépotoire de Dandora ( description d’un bidonville, activités des hommes conséquences et en particuliers sur la question de l’environnement, la pollution et le niveau de développement économique). On peut partir sur la question du développement durable éventuellement avec le nouveau programme de 5e pour l’année prochaine.

La mise en perspective peut être aussi (si l’angle économique a été choisi par exemple) de montrer les activités économiques dans la city.

Résultats : les élèves ont été extrêmement sensibles à la différence sociale entre les quartiers et à sa traduction spatiale. Avant même de poser les questions sur la ségragation spatiale, l’idée était déjà évoquée par les élèves. Le fichier Kmz, le zoom et les courts extraits ont facilité l’apprentissage des élèves.

Par contre il a fallu coupé quelques questions ou documents pour rester à peu près dans les horaires du programme !

Ces séances 2 et 3 s’intégrent dans une séquence sur l’Afrique du programme de 5e.

TICE : fichier kmz, vidéoprojecteur pour la correction

Plan de la séquence réalisée en 5e programme de 2009-2010

(voir les fichiers joints).

La séance 1 présente les problèmes de l’Afrique à travers l’exemple de la sécheresse au nord du Kenya. (Aprés expérience, tous les documents ont été utilisé, en deux heures)

La séance 2 : la ville Africaine, ballade à Nairobi (aprés expérience, le kmz, Bamako, la carte des bidonvilles et le texte explicatif sur la croissance ont été utilisé).

La séance 3 est un focus  sur le bidonville et le dépotoir de Dandora. Il a été un choc pour beaucoup (voir le lien dans le fichier kmz et ici ). Il est mis en perspective avec les activités dans la city). (Après expérience, cette séance a duré une heure et un petit quart d’heure avec l’utilisation d’un texte apporté par mon collègue G.Sauvage sur les activités économiques dans la city ).

La séance 4 insiste sur le dévelloppement économique de l’Afrique à travers l’exemple de Chambishi et ses mines de cuivres avec la mainmise des pays étrangers ( ici la Chine) et des groupes internationnaux. (voir le lien : http://histoire-geographie.ac-dijon.fr/spiphistoire/spip.php?article142&lang=fr)

La conclusion présente par une animation flash les contrastes régionnaux de l’Afrique.

La ville de Nairobi vue de Google Earth avec les différents repères.

janvier 2017 :

Rien pour ce mois

décembre 2016 | février 2017

Restez informé

  • Portail national éduscol
  • Flux RSS, abonnez-vous au fil des actualités du Histoire géographie Dijon
  • Twitter histoire-géographie académie de Dijon
  • Scoop it ! histoire-géographie académie de Dijon

Rester informé

  • Portail national éduscol
  • Flux RSS, abonnez-vous au fil des actualités du Histoire géographie Dijon
  • Twitter histoire-géographie académie de Dijon
  • Scoop it ! histoire-géographie académie de Dijon