search

Accueil > Enseigner > Géographie > Habiter > Habiter la ville : New Delhi et Amsterdam (et Nevers)

Habiter la ville : New Delhi et Amsterdam (et Nevers)

dimanche 3 janvier 2010, par J-F Boyer webmestre

Ce cours s’inscrit dans le cadre des nouveaux programmes de 6e. Il s’agit de travailler sur la mégapole de New Delhi puis de proposer une mise en perspective avec Amsterdam.

 

Problématique de la séquence : Montrer que New Delhi est une mégapole qui s’étale au détriment de la campagne.

La question des inégalités sociales et des questions environnentales ressortiront de cette étude ainsi que la question de la maîtrise de l’espace.

Le point de départ de ce travail est un article du journal Le Monde évoquant le grignotage de l’agglomération de New Delhi sur la campagne. Les quelques éléments de l’article m’ont incité a farfouiller dans google earth et à découvrir la ville de Greater Noida, une ville nouvelle. Cette ville montre l’intégration de l’Inde dans le système monde et nous éloigne des clichés tradtionnelles du pays. Mais en même temps l’article du journal Le Monde témoigne des profondes inégalités sociales et de l’incompréhension entre deux mondes : urbains et ruraux...

Le choix de la ville d’Amsterdam s’explique simplement par un séjour en juillet 2009 dans cette ville.

Bibliographie :

Journal Le Monde, 24 avril 2009.

Les recherches sur internet (les journaux de New Delhi par ex) aboutissent à des travaux de Véronique Dupont et notamment à un livre synthèse : La ville en Asie du Sud, V.Dupont et D.Heuze, EHESS, 2007.

Le site de la ville de Greater Noida : http://www.greaternoidaauthority.in/

TICE : Le travail est articulé autour d’un fichier kmz pour être utilisé en salle inforamtique. Je joins aussi l’extrait du livre sous format pdf.

Démarche et quelques éléments pour la conclusion :

Etude de cas : Greater Noida, une ville en Inde.

Greater Noida est une ville située à 50km au sud est de Delhi.

Séance 1 : Connaître Greater Noida en étudiant un paysage.

Greater Noida est une ville « insérer ou qui s’insérer dans la campagne ». Sur l’image on peut voir des immeubles très hauts et en face des maisons à toit plat. On est frappé par le modernisme d’un côté et de l’autre la pauvreté. Au fond on aperçoit des champs.

On peut sans doute dire que la ville s’étale dans la campagne et peut-être au détriment de la campagne. [Hypothèse : Elle renforce les inégalités sociales et la ségrégation entre les ruraux et les urbains].

Il faut distinguer ville (grandes barres) et village.

Périurbanisation : espace entre ville et campagne sans que l’on sache « ou commence ou se termine la ville »(Marc Dumont et C.D’Alessandro-Scarpari, la clé des villes).

Séance 2 : Vivre à Greater Noida

Greater Noida concentre des activités industrielles ( des grands groupes, LG, Yamaha, Media Baer (2e stockage : verbatim, mémorex..), Wipro, Samsung, STmicroelectronics, Daewo et Honda ), des centres commerciaux ( mall en anglais), des activités de loisirs ( parcs, golf par ex ou encore le future circuit de formule 1), des logements, des bâtiments administratifs (mairie..). Elle possède des routes et autoroutes qui la relient à la capitale et un futur aéroport est annoncé (ainsi qu’un circuit de formule 1)

La ville a été aménagée avec un plan d’urbanisme. On retrouve au centre les loisirs( et notamment le parc), des logements (résidence) et les centres commerciaux (Mall) tandis que la périphérie nord et sud voit des entreprises industrielles. On y retrouve aussi des logements au contact avec la campagne. Les boulevards et des murs entourent la ville par rapport à la campagne. Des villages sont aussi intégrés dans la ville (entassement, ruelle, bâtiments précaires…). La ville semble exclure ou absorber  les villages et les villageois. Mais il est difficile de séparer centre et périphérie

Les habitants comprennent surtout des catégories sociales éduquées et ayant un revenu convenable voire aisé.

Les ruraux ne comprennent pas ou ont peur de la ville et les urbains méprisent ou craignent les ruraux.

La séance 3 a pour objectif d’expliquer pourquoi Greater Noida existe. Il s’agit d’une décision politique d’aménagement du territoire face à l’étalement massif de Delhi.

Cette ville est en pleine expansion. Sa population est passée de 30 000 habitants en 2001 à 600 000 actuellement et les prévisions annoncent 1,2 millions d’habitants en 2021. Son existence s’explique par la volonté de désenclaver Delhi. La croissance économique de la capitale provoque une croissance de la métropole : 1,7 millions d’habitants en 1951 à 13,8 millions d’habitants en 2001 et en prévision 22 millions d’habitants en 2021.

L’expansion s’explique par la croissance économique, par  l’exode rural ou urbain vers le centre ( 2e ville d’Inde après Mumbay) et la croissance naturelle.

Taux d’urbanisation en Inde : environ 30%.

Accroissement naturel :définition

Exode rural :définition

Métropole :définition

Séance 4 : mise en perspective à l’échelle régionale : les slums de Delhi. (étalement, mondialisation, périurbanisation ).

Le slum est le bidonville en Inde : on parle d’habitat précaire et illégale (le droit au logement n’existe pas dans la constitution). Depuis une politique de nettoyage du centre est appliquée sans pitié sur les gens qui y habitent. Ils sont rejetés à l’extérieur, le centre doit être propre : il témoigne de l’intégration de la ville dans l’ouverture mondiale. Les nouveaux quartiers créés sont loin du travail et il manque des infrastructures de transport. De plus les nouveaux chantiers attirent des migrants et donc des nouveaux squats...

Les nouveaux quartiers créés participent à l’étalement de la ville. Par contre les conditions de vies et les infrastructures ne sont pas optimales ( manque d’écoles aussi). Les questions d’environnement semblent primer sur les conditions sociales. (centre vert à Noida recréer aussi..)On peut parler de ville durable.

« Prendre le temps pour réfléchir en vue de produire la meilleure qualité urbaine en vue de produire une ville qui puisse à la fois durer et évoluer dans le temps, voila la philosophie de la ville durable. Face à des structures urbaines qui ont mal vieilli et que l’on se retrouve obligé de détroire pour reconstruire, fa ce à des habitations mal ou trop vite conçues, face à des situations parfois très incohérentes, des déplacements pensés à la va-vite, mais aussi face aux ressources conséidérables, inépuisables et sous-exploitées qu’offre la ville (gchaleur nturelle, ambiances…) la concrétisation de la ville durable représente un programme d’urbaniste stimulant pour la ville de demain. »

M.Dumont, la clef des villes, 2007

Enfin, ce que reflète également le jugement de l’affaire Almitra [ affaire à propos des ordures ménagères où la cour suprême insiste pour limiter la croissance des slums] c’est le conflit entre les défenseurs d’un green agenda, donnant la priorité aux questions écologiques dans une perspective à long terme, et ceux d’un brown agenda davantage concerné par des qeustions de justices sociale et de satisfaction des besoins immédiats des pauvres, en particuier leurs besoins en logement. Le slogan « Green Delhi, Clean Delhi » affiché dans la capitale illustre bien l’avancée du « vert » sur le « social » dans la mesure où le nettoyage de la ville signifie aussi épurer la ville de ses slums et de leurs habitants »

V.Dupont, la ville en Asie du Sud. 

Environ 3 millions d’habitants vivent dans les slums sur 13 millions d’habitants.

 

Conclusion Générale : Greater Noida est une ville crée de toute pièce pour répondre à l’étalement de New Delhi. Elle répond aussi à des normes environnementales mais son étalement menace la campagne. Elle traduit une population plus aisée et éduquée et confirme aussi les inégalités sociales : les pauvres des slums sont rejetés à l’extérieur au nom de l’image et l’intégration dans la mondialisation de la métropole et capitale Indienne New Delhi.

Qu’en est-il dans les villes du nord. Prenons l’exemple d’Amsterdam.  

Séance 5 : mise en perspective l’étalement d’Amsterdam (polder et gratte ciel) et respect de l’environnement (forme de ségrégation spatiale aussi)

Amsterdam montre un étalement maîtrisé.

Quelques éléments pour la conclusion :

La Hollande : 16,3 millions d’habitants et 800 000 pour Amsterdan.

La ville d’Amsterdam maîtrise son étalement soit par l’utilisation des polders ( immeuble design dans les anciennes friches portuaire de l’est par exemple) ou de la verticalité, le centre des affaires (le Zuid dans (quartier de ZuiderAmstel) pour une intégration dans la mondialisation. Tout autour on retrouve des résidences, dans la verdure. Le respect environnemental est important (parc à vélo, tramway, parcs…).

Amsterdam est une métropole : une ville importante en nombre d’habitant et qui exerce une influence sur un territoire vaste : la Hollande mais aussi le monde ( à une échelle moindre de Londres, Paris, Bruxelles, Berlin).

Mais, la carte indique aussi la ségrégation des quartiers entre pauvres et riches. La population vivant sous le seuil de pauvreté est plutôt situé dans le sud et dans westerpark. L’enquête de 2009 montre qu’environ 9,3% de la population vit sous le seuil de pauvreté soit 10500 euros par an ( 800 euros par mois). 

 Séance 6 : Habiter la ville, étalement urbain, localisation monde.

Un devoir maison : les cas de nevers - Nairobi et Détroit.

En conclusion : Le fichier Nevers - Detroit

On retrouve des préoccupations environnentale, la question de la maîtrise de l’espace urbain par les autorités et les contrastes sociaux un peu partout sur Terre. Dans le cas de New Delhi l’image de la ville et sa volonté de s’intéger dans la mondialisation ( attirer des investisseurs) se fait au détriment nettement des pauvres.