search

Accueil > Enseigner > Géographie > L’eau > Aspects des enjeux de l’eau en Chine.

Aspects des enjeux de l’eau en Chine.

lundi 11 janvier 2010, par Mathieu Chartier

Vous trouverez dans ce premier article une étude de cas sur l’eau en Chine, un croquis de synthèse et une bibliographie actualisée sur cette thématique. Cet article sera complété d’un module consacré au barrage des Trois-Gorges avec un fichier Kmz (Google Earth) et une proposition de mise au point géographique sur cet édifice géant. Enfin une proposition de devoir surveillé clôturera cette série.






 La démarche envisagée pour cette étude de cas de niveau seconde est la suivante :

 Les élèves conjointement répondent aux questions classiques d’une étude de documents, et construisent un croquis final synthétique. En effet, après chaque grande partie ils sont invités (en classe ou à la maison) à élaborer un petit croquis d’étape, très simple, pour synthétiser ce qu’ils auront compris dans la partie étudiée. La Chine peut être schématisée rapidement sous la forme d’un rectangle, l’élève doit réfléchir à une nomenclature de quelques points pour ces petits schémas, en utilisant les documents, son manuel, et les éléments donnés par le professeur

 La répartition horaire peut s’agencer comme suit : 2h pour l’étude de cas, 1h pour le croquis final, 1h pour le module sur le barrage des Trois-Gorges, 2h de cours (non donné ici) et un devoir surveillé d’une heure.

 L’introduction de l’étude s’ouvre sur la « Une » de Courrier International numéro 987 du 1er au 9 octobre 2009. Une petite discussion peut intervenir avec les élèves amenés à questionner un journal et ses méthodes pour accrocher des lecteurs en kiosque. La problématique qui peut éventuellement surgir est « La Chine risque-t-elle « vraiment » de mourir de soif demain ?! »

 La première partie doit permettre de fixer la notion de civilisation hydraulique. Cette notion en seconde est un élément central utilisé surtout en Histoire. (Méditerranée au XIIème siècle par exemple.) Dans le cas présent, il s’agit de présenter les rapports qu’entretiennent les chinois avec l’élément liquide. On voit ainsi avec les premiers documents que l’espace immense de ce pays et la puissance des éléments ont obligé ces populations depuis longtemps à aménager leur territoire (rizière, fleuves…). L’enjeu est ici de se protéger des éléments (crues, manque d’eau…) et de pouvoir se nourrir.

 Dans un deuxième temps, le cheminement propose d’appréhender le poids de l’eau dans la société chinoise d’aujourd’hui. Le texte de Franck Galland rappel les éléments démographiques et environnementaux qui font de la Chine le pays de la démesure. Malheureusement, les régions les plus peuplées ne sont pas toujours les mieux dotées en eau ! (cf : Pékin) Les ressources déclinent rapidement sous la pression de la croissance. La qualité des eaux chinoises est également en cause avec des pollutions nombreuses et intenses qui les atteignent. Ce texte est donc dense par son contenu mais il permet de dresser un tableau complet de la situation.

 Le texte d’Erik Orsenna permet d’aborder la géographie physique, par exemple avec la localisation des grands fleuves en Asie, en valorisant le rôle du massif himalayen comme château d’eau de l’Asie. Au passage cela nous permet de prendre du recul et de voir les choses à une échelle continentale (donc plus petite !). Ensuite, l’auteur rappelle les craintes sérieuses, liées au changement climatique. Le risque de voir les sources glaciaires himalayennes se réduire dangereusement alors qu’elles alimentent près de la moitié de l’humanité. Mais Erik Orsenna met en garde contre toute tentation déterministe, il resitue ces mutations climatiques dans l’immensité de ce massif montagneux et insiste sur les grandes incertitudes liées aux « prévisions » climatiques. D’après ses indications seules 1% des eaux du Gange à son embouchure seraient vraiment le produit de la fonte des glaciers de montagne.

 La dernière partie de l’étude de cas fait l’objet d’un module spécifique publié à la suite. Celui-ci porte sur le fameux barrage des Trois-Gorges.

Lorsque toute l’étude de cas est terminée, le professeur réalise la synthèse avec un croquis final.