Accueil  >  Enseigner > Une liaison Cm2-6e sur la Révolution Française.

Rubrique Liaisons Cycle 3 / Cycle 4 / Lycée

Une liaison Cm2-6e sur la Révolution Française.

Le 30 mai 2013 - J-F Boyer webmestre

Cet article raconte une liaison cm2-6e et propose les réactions et les critiques des enseignants et des élèves.

Une liaison CM2-sixième au collège Henri Wallon à Varennes Vauzelles

« La liaison CM2-sixième s’appuie sur la continuité pédagogique entre l’école et le collège redéfinie par la circulaire n° 2011-126 du 26-8-2011, publiée au BOEN du 1er septembre 2011. Il s’agit de favoriser la continuité des apprentissages et le travail en commun des enseignants.
Cette circulaire crée les commissions de liaison et précise ses objectifs. Véritables chevilles entre 1er et 2nd degrés, les commissions de liaison ont pour mission de mettre en place, sans rupture ni délai entre école et collège, tous les moyens pour aider les élèves, PPRE passerelles, stages et modules de remise à niveau....
Il est aussi prévu des échanges plus fréquents et plus formalisés pour améliorer la connaissance réciproque des cultures pédagogiques 1er et 2nd degrés par des stages pratiques, en s’appuyant sur des informations concrètes comme par exemple les évaluations de CM2 ou le livret personnel de compétences. »
Source : Eduscol, https://eduscol.education.fr/cid57365/la-continuite-ecole-college.html

Cette année j’ai expérimenté pour la première fois, la liaison CM2-6e. Celle-ci est mise en place dans notre collège depuis trois ans. J’avais déjà rencontré des collègues du primaire en réunion plénière où nous avions discuté des cours, comment ils étaient pratiqué par les uns et les autres, mais jamais le concret, c’est-à-dire l’immersion dans une classe et faire le cours avec des élèves de CM2 par exemple.

Lors d’une réunion liaison cm2-Sixième organisé au collège cette année, ayant manifesté mon envie de travailler avec des élèves de cm2, une collègue du primaire – Valérie Pokucinski – s’est montré disponible et ensemble, nous avons discuté et réfléchi à l’élaboration d’un cours. Elle souhaitait voir un cours d’histoire au collège. J’avais moi-même vu quelques semaines auparavant un cours d’histoire sous forme d’exposés dans une classe de CM2 dans la commune de Pougues les Eaux.

Nous avons opté en fonction du programme et de la programmation de Valérie pour une séquence de 6 heures sur la Révolution Française. Les cours se déroulent pendant une heure au collège avec les deux classes d’histoire de l’école primaire Romain Rolland qui se déplacent, l’une le mardi et l’autre le jeudi. Ma collègue découvre la structure du cours d’histoire au collège et moi j’essaie de m’adapter au niveau 6e. Double adaptation puisque je dois ajuster aussi le cours de 4e sur la Révolution Française à la compréhension d’élèves de CM2.
Le choix du collège s’explique également par la salle de classe équipée d’un vidéoprojecteur, d’une connexion internet et par la salle informatique avec ses 14 postes d’ordinateurs.
Enfin, ce projet a été mis en place très rapidement et effectué dans la semaine qui a suivi.

La construction des cours :
Je retrouve dans le bulletin officiel du 5 janvier 2012 une progression pour l’école élémentaire et notamment en histoire. (http://eduscol.education.fr/pid23541-cid58402/progressions-pour-l-ecole-elementaire.html ). La période révolutionnaire est divisée en trois thèmes, l’un en CM1 et les deux autres en CM2.

Coursmoyen première année Coursmoyen deuxième année
La révolution française : l’aspiration à la liberté
et à l’égalité
• Comprendre que 1789 est une année
exceptionnelle dans l’histoire de France,
caractérisée par la fin de la monarchie absolue et
des privilèges.
• Parcourir les événements qui ont conduit à ces
changements : réunion des Etats généraux, prise de la Bastille, nuit du 4 août.
• Savoir que la Déclaration des droits de l’Homme
et du citoyen proclame la liberté et l’égalité comme
principes fondamentaux.
Repères : Louis XVI ; 14 juillet 1789 - prise de la
Bastille ;
26 août 1789 - Déclaration des droits de l’Homme
et du citoyen.
Vocabulaire : révolution, liberté, égalité, droits de
l’Homme, citoyen.
→ Instruction civique et morale - Importance des
règles de droit dans l’organisation des relations
sociales
La révolution française : de nouveaux
principes de gouvernement, la République et la
Terreur
• Savoir que la monarchie constitutionnelle est un
échec et qu’une première république est
proclamée.
• Savoir que la France est en guerre : guerre civile
et guerre contre les puissances européennes.
• À partir de différents documents, identifier les
acteurs de cette période.
• Savoir qu’après la Terreur, la République est
fragile.
Repères : septembre 1792 - proclamation de la
République.
Vocabulaire : La Terreur, les sans-culottes, guerre
civile, république, monarchie constitutionnelle.
Le Premier Empire : les grandes réformes de
Napoléon Bonaparte
• Savoir que Bonaparte poursuit les guerres
révolutionnaires, devient empereur des Français et
met en place un régime autoritaire.
• Connaître quelques réformes de Napoléon.
Repères : 1804 - Napoléon 1er Empereur des
français.
Vocabulaire : Empire, Code civil, préfet.

La progression choisie par ma collègue est chronologique dans les deux années. Je dois donc traiter la Révolution en 5 heures. Ma première séance va porter sur l’année 1789, la seconde séance sur la Terreur, la troisième séance sur Napoléon.

●La première séance est divisée en deux heures. Elle fait appel aux capacités :
-  décrire : rendre compte de son observation à l’aide de phrases simples.
-  expliquer : repérer des situations d’antériorité et de postériorité pour identifier une ou deux causes simples expliquant un changement et les conséquences de celui-ci.

En introduction je fais rappeler aux élèves le cours précédent sur l’Ancien Régime. L’absolutisme et la société inégalitaire (l’expression société des trois ordres) sont des notions réactivées. Elles sont nécessaires pour le cours qui va suivre. Le terme de Révolution est expliqué : on parle de changement et donc les élèves aboutissent à l’idée que le cours va présenter des changements pendant cette période 1789-1815. La séance est donc problématisée.
Ensuite, je raconte la réunion des états généraux avec un document iconographique et les élèves rappellent la société d’ordre. J’évoque la question du vote par ordre et non par tête. Puis, les élèves décrivent la première image par écrit : le serment du jeu du Paume par David. Le sens est donné par un dialogue : les représentants contestent le roi. Ils réclament une constitution, un texte où les pouvoirs du roi seront limités. La monarchie absolue est donc contestée.
L’heure suivante est consacrée aux trois autres documents. Les élèves ont à chaque fois un temps pour construire quelques phrases pour décrire le document. Les deux enseignants aident les élèves. Ensuite un dialogue sert d’abord à corriger puis à trouver le sens de l’événement. A l’exception de la date du 14 juillet connu par certains, les autres dates sont données par l’enseignant. Le sens est découvert par un va et vient chronologique entre le avant et ces dates soulignant les changements qu’apporte l’année 1789 : le peuple Parisien participe à l’événement, entre dans l’histoire, la fin des privilèges donc de la société d’ordre et enfin, les hommes deviennent des citoyens : ils ont des droits.

Bilan :

Remarques de l’enseignant primaire Remarques de l’enseignant collège RRemarques des élèves Critique sur le cours
A l’annonce de cours suivis au collège et assurés par un professeur du collège, les élèves sont partagés entre excitation et peur. Ils sont sages et obéissants, écoutent attentivement M. Boyer qui, dès le premier contact, expose certaines règles du collège (vouvoiement, prise de parole, entrée dans la classe…). M. Boyer propose un cours très vivant et se montre très à l’écoute des élèves et ceux-ci participent davantage qu’en classe. Il fait tout pour les mettre en confiance et les élèves sont conquis ! Par ailleurs, les installations technologiques les passionnent et, sans doute, participent à l’intérêt de la leçon (TBI, taille des documents sur l’écran, face à du A4 en classe !). Premier bilan : les élèves sont contents et rassurés. Certes, il faut aller plus lentement qu’en 4e mais les élèves suivent bien. (Travail sur deux heures)

Ils écrivent, posent des questions, le cours est vivant.

Une intervention musclée à l’oral pour calmer un élève !
Apprentissage de l’organisation du cours dans le cahier (couleur, souligner…). À l’arrivée dans la classe, un élève, très impressionné, affirme qu’il va « faire une crise cardiaque » !
On écrit plus au collège. C’est plus rapide.
Le cours est dynamique et ludique (vidéo projecteur).
Ce cours avec dialogue permet-il à tous les élèves de comprendre le sens de chaque date ?
La compréhension du sens des événements est-il expliqué suffisamment simplement pour les élèves ?

L’esquisse du tableau de tableau de David n’est pas très parlante pour tous les élèves. Pour la seconde classe, je montre le tableau terminé.

Par rapport à l’école où les enseignants encadrent davantage la présentation, les élèves ne savent pas toujours quoi écrire, ni où, ni de quelle couleur.

●La séance 2 est consacrée à la période de la Terreur. Elle se déroule en salle informatique. Les élèves doivent construire une frise chronologique en découpant des photos. Mais au préalable, ils doivent chercher la date de l’événement et le sens de l’événement. L’objectif est de caractériser la Terreur, une période de la République Française, de créer une frise chronologique et de s’organiser par deux ou trois pour les recherches. La correction est effectuée à l’heure suivante avec la conclusion. Je veux montrer que face aux dangers qui menacent la République des décisions sont prises qui limitent les libertés avec des excès qui en font une période noire dans notre histoire et en même c’est une période qui répond aux aspirations du petit peuple, les sans culotte, à plus d’égalité.

Bilan :

Remarques de l’enseignant primaire Remarques de l’enseignant collège Remarques des élèves Critique sur le cours
difficile
Le travail demandé déroute les élèves, peu habitués à ce type de travail en groupe : il leur faut tout à la fois s’organiser entre eux et répondre à la consigne. Des élèves « en profitent » pour faire peu .
Les élèves s’organisent mal : ex il recherche les dates mais ils oublient de les noter sur une feuille (pas de brouillon)
Par contre les enseignants peuvent aider par groupe.
Bien l’informatique mais difficile pour s’organiser Réduire les objectifs
Est-ce que les objectifs de connaissances ne sont pas trop complexe ? la question du sens ?

●La séance 3 est réalisée par Valérie sous la forme d’un document chronologique traçant l’épisode Napoléonien.
"Après la première séance au collège, passée pour moi à observer les élèves et leur attitude, et après la deuxième séance de travail en commun à partir de documents, je choisis d’exploiter ce que M. Boyer a déjà mis en place dans leur façon de travailler : je leur propose, à partir de documents choisis (textes et illustrations) de retracer la chronologie de la vie politique de Napoléon Ier, mais cette fois-ci de manière individuelle. Il n’y a plus de recherches informatiques, mais c’est un travail de lecture, de compréhension et de tri, comme celui qu’ils ont eu à faire en séance 2. M’inspirant aussi du collège, je fais de ce travail une évaluation, ce qui est moins stressant pour les élèves et permet à ceux en difficulté face à l’apprentissage des leçons de réussir aussi. L’activité n’est pas entièrement réussie par tous les élèves, mais cela commence un abord différent autant de l’histoire que de l’évaluation."

●Je réalise la dernière séance en une heure. Elle veut montrer le droit des peuples qui s’oppose à Napoléon mais finalement utilisé par les rois. Ces derniers retrouvent leurs pouvoirs en France et en Europe. Mais les idées restent…Dans le cadre de l’histoire des arts, le Très de Mayo est analysée par rapport aux objectifs de savoir. Les élèves travaillent individuellement sur l’œuvre puis une mise en commun est réalisée. La séance se termine par une conclusion. Elle souligne que la révolution a apportée des changements, des idées qui restent et vont être les moteurs de l’histoire du 19e siècle.

Remarques de l’enseignant primaire Remarques de l’enseignant collège Remarques des élèves Critique sur le cours
J’ai trouvé le sujet un peu difficile et les notions parfois complexes, mais la façon de l’aborder pratiquement (projection du tableau en grand, avec possibilité d’agrandir les détails) ainsi que la précision des questions a permis aux élèves d’être quand même en réussite. Peut-être aurait-il fallu davantage de temps pour la conclusion. La séance tient en une heure.
Les élèves cherchent, lèvent la main pour recevoir une aide des enseignants.
Différence entre les élèves qui approfondissent, construisent des phrases et d’autres seulement avec des mots par exemple.
Deux classes qui travaillent
La fin est un peu rapide ; pas évident que tous les élèves comprennent la notion les peuples ont le droit d’être libre

En conclusion :

JF : Une expérience enrichissante pour moi. J’ai senti des élèves intéressées par le contenu et par cette expérience. Ils ont trouvé « super » qu’un professeur d’histoire fasse cours. J’ai trouvé globalement des élèves studieux, à l’écoute.
Je ne suis pas sûr d’avoir ajusté les connaissances correctement à la compréhension d’un élève de cm2. Il faut que je combine à la fois les connaissances et éviter des simplifications dangereuses difficiles à enlever plus tard : par exemple la période de la Terreur ce n’est pas seulement des massacres… Donner du sens tout en restant simple n’est pas évident.
Par contre, on sent des différences dans la construction des phrases, dans la participation à l’oral et dans l’organisation de son travail.
Au final j’ai vu des élèves pleins de bonne volonté. Il faut donc apporter une aide ciblée pour les élèves en difficulté pour éviter un abandon de ces derniers au collège…

Valérie :
●Point de vue des parents : début avril, j’ai réuni les parents pour un point avant la fin de l’année. Entre autres sujets, nous avons, bien sûr, parlé des cours d’histoire au collège. Les parents que j’avais (11 sur 24 élèves) sont unanimes : c’est une expérience excellente et extrêmement profitable. Puis, à les entendre parler, le discours s’est affiné, mais toujours dans la satisfaction : sentiment des enfants d’être libres, cours attrayants et super intéressants, bonne préparation à l’étape ‘6è’. Mais, j’ai aussi eu l’impression que certains parents sont très inquiets par l’entrée au collège.
●Point de vue des élèves : ils ont eu plaisir et fierté à aller au collège et étaient même déçus, après les vacances d’avril, de reprendre les cours avec moi !! Ils ont présenté de l’intérêt et, sans aucun doute, ces séances ont dédramatisé l’entrée au collège. Par ailleurs, et comme leur a souvent répété M. Boyer, maintenant, ils connaissent un adulte du collège et, qui plus est un professeur. Leurs questions étaient également plus précises par rapport au collège et je les ai sentis, parfois, dans l’attente d’y retourner.
●Mon point de vue : avec Jean-François, nous avons construit ces séances très rapidement, après avoir pris contact tout aussi rapidement. Notre enthousiasme a servi les élèves, mais je pense comme lui qu’il faut simplifier, sans dénaturer, certaines notions qui sont essentielles dans leur construction de futurs citoyens. Ces séances m’ont énormément apporté sur le travail à faire en cm2 : travailler davantage l’autonomie, laisser plus de liberté, modifier les évaluations, faire de l’histoire une discipline de découvertes et de curiosités en oubliant l’aspect plus décourageant des leçons à apprendre ce qui permettrait peut-être aussi de valoriser les élèves en difficulté. Par ailleurs, le travail sur la Révolution donne un sens évident, en éducation civique, sur les emblèmes de la République française. Enfin, je remercie M. Boyer pour sa disponibilité et son implication.

Valérie Pokucinski et Jean-François Boyer

mai 2017 :

Rien pour ce mois

avril 2017 | juin 2017

Restez informé

  • Portail national éduscol
  • Flux RSS, abonnez-vous au fil des actualités du Histoire géographie Dijon
  • Twitter histoire-géographie académie de Dijon
  • Scoop it ! histoire-géographie académie de Dijon

Rester informé

  • Portail national éduscol
  • Flux RSS, abonnez-vous au fil des actualités du Histoire géographie Dijon
  • Twitter histoire-géographie académie de Dijon
  • Scoop it ! histoire-géographie académie de Dijon