search

Accueil > Enseigner > Géographie > Les espaces productifs en France > Quand la dernière usine de moutarde fermait ses portes à Dijon.

Quand la dernière usine de moutarde fermait ses portes à Dijon.

Présentation d’une séquence intégrant outils et ressources numériques : EDUGEO et Framindmap.

jeudi 13 février 2014, par Mathieu Chartier

La fermeture de la dernière usine de moutarde à Dijon a marqué les esprits tant au niveau local qu’au niveau national. Cet épisode de la saga industrielle d’Amora correspond à la relocalisation de son site principal dans l’agglomération dijonnaise. Décidé par la Firme Transnationale Unilever, ce déménagement concrétise à l’échelle locale des décisions mondiales, prises dans un contexte de concurrence exacerbée, entre les géants globaux de l’agroalimentaire. On retrouve, entre les villes françaises, des logiques similaires pour attirer les investissements et renforcer leur influence par des mécanismes de métropolisation.
Comment expliquer la fermeture de l’usine Amora-Maille à Dijon ?
Quelles dynamiques spatiales, dans un contexte économique globalisé, peut-on décrypter à travers cette relocalisation ?

Retenu pour les ateliers TICE du Festival International de Géographie de Saint-Dié-des-Vosges, ce projet pédagogique s’articule en trois séances d’une heure. Après avoir déterminé les atouts et les contraintes de l’ancien site dijonnais et du nouveau site de Chevigny-Saint-Sauveur, nous expliquerons l’ancrage local d’un produit emblématique mais aujourd’hui mondialisé. Pour finir, nous retournerons Quai Nicolas Rolin, dans le quartier de l’ancienne usine pour voir que la mondialisation produit des transformations assez inattendues.

Vous trouverez en pièces jointes de nombreuses ressources :

- Le diaporama général de présentation

- Le tableau récapitulatif de toute la séquence

- La fiche de travail de la première séance

- Quatre fichiers Edugéo que vous pouvez télécharger pour montrer certains aspects du sujet.

- L’ensemble de la démarche est résumé dans le livret pédagogique des ateliers Tice du Festival International de Géographie de Saint-Dié-des-Vosges 2013 http://www.cndp.fr/fig-st-die/fileadmin/contenus/2013/brochure_ateliers_TICE_FIG_2013.pdf

- Une vidéo qui permet d’approfondir certains aspects de ce travail http://www.cndp.fr/fig-st-die/2013/ressources-pour-lenseignant/enseigner-avec-le-numerique/ateliers-tice/page-detail-des-videos/article/quand-la-derniere-usine-de-production-de-moutarde-fermait-ses-portes-a-dijon-premiere-less.html

 

L’usine Amora Quai Nicolas Rolin à Dijon en 1955, 2000 puis le terrain vacant en 2013.

L’exemple de la relocalisation de l’usine emblématique Amora à Dijon nous montre que l’installation d’activités industrielles ou tertiaires répond à des logiques complexes et plurifactorielles. L’approche multiscalaire permet d’éclairer celles-ci. La richesse et la diversité des couches de la plateforme Edugéo offrent la possibilité d’investigations diachroniques. Cet outil est un précieux allié pour décomposer les étapes du croquis, du schéma voir de la carte mentale. Ce travail guidé des élèves, en large autonomie, leur permet de construire une réflexion sur des ressources numériques complémentaires sélectionnées et aussi critiquées.


Dans le programme du Lycée deux liens complémentaires peuvent être mis en relief. Des tensions sociales n’ont pas manqué d’apparaître lors de la fermeture d’Amora quai Nicolas Rolin. On peut faire appel à l’ECJS pour en débattre. Ainsi, la stratégie d’un groupe comme Unilever ne permet pas d’être rassuré pour des activités qui restent, au fond, délocalisables. Par ailleurs, le retour et le développement de la culture de la graine de moutarde en Côte-d’Or (IGP) pallie la dépendance aux importations provenant essentiellement du Canada. Cette tendance montre une volonté politique et économique de se réapproprier une culture locale qui avait disparue. Il s’agit d’ancrer dans le territoire bourguignon des atouts qui font sa renommée, mais qui souffrent d’une concurrence globale exacerbée. La future cité de la gastronomie à Dijon ou l’éventuel classement de la côte viticole au patrimoine mondial de l’Unesco montrent que ce territoire bourguignon et sa capitale régionale entendent se distinguer à l’international.