search

Accueil > Enseigner > Histoire > Préhistoire - L’Antiquité > Le travail collaboratif : exemple avec la démocratie Athénienne dans le cadre (...)

Le travail collaboratif : exemple avec la démocratie Athénienne dans le cadre d’une classe inversée

dimanche 13 avril 2014, par J-F Boyer webmestre

Les élèves doivent raconter la fête des Panathénées et raconter et expliquer un débat à l’ecclésia. Caractériser le statut des citoyens, des femmes et des esclaves, reconnaître les lieux et les monuments de la cité.

Ce sont les capacités requises dans le programme à propos de la cité Athénienne en 6e. Comment expliquer la démocratie de manière vivante tout en étant rigoureux dans les explications ? Les deux mots clefs sont "raconter" et "démocratie".

Et si j’essayé de faire travailler mes élèves par groupe. Il n’y a rien de nouveau pédagogiquement : il s’agit d’une pratique que mon enseignante d’histoire effectuait il y a 30 ans !!! Pourtant, ce n’est pas une pratique bien courante...Trop de bruits disent certains, cela empêche l’autonomie expliquent d’autres collègues...

Cependant quelques arguments pour cette pratique peuvent être proposés.

- Il existe une compétence dans le socle : 4.2 où il est indiqué : participer à des travaux collaboratifs en connaissant les enjeux et en respectant les règles.

- Les entreprises ne recherchent-elles pas aussi des jeunes capables de travailler en collaboration, à plusieurs ? (voir à ce sujet l’article d’Emmanuel Davidenkoff, http://www.lexpress.fr/education/l-ecole-du-futur-passera-par-la-pedagogie-cooperative_1312770.html).

- Aujourd’hui, le collaboratif permet de résoudre des problèmes plus aisément que de manière individuelle puisque les connaissances sont de plus en plus ardues. (voir les propos de F.Taddei :http://www.internetactu.net/2014/01/21/comment-apprendre-a-apprendre/ ). Travailler en collaboratif, c’est l’entraide, c’est une manière de s’épauler, de construire, manipuler, analyser, juger, créer... des savoirs. "Nous allons avoir besoin partout de collectifs toujours plus importants pour apprendre, travailler, découvrir, innover…’ écrit F.Taddei.

- C’est une manière de montrer que si la mémorisation est réalisée à la maison, en classe, il est préférable d’analyser, d’évaluer ou de créer (voir à ce sujet les travaux sur la taxonomie de Bloom puis Krathwohl et al. en 2001). "Raconter" fait appel à de multiples capacités qui dans le contexte d’un scénario de type tâche complexe permet de créer par exemple une histoire dans une séance d’écriture. Voila ce que nous allons tenter. L’objectif est que l’élève raconte, c’est-à-dire crée au lieu de passer par une simple évaluation de mémorisation. Cela demande, exige un temps plus long. Mais cela ne va-t-il pas permettre à l’élève après avoir utilisé différents savoirs externalisés, d’intérioriser ceux-ci, de les appréhender et donc de créer la connaissance ?

- La collaboration ou travail de groupe ou îlot. Je conseille la lecture (par exemple) d’un article/débat des Cahier Pédagogique, "travailler en îlot" (http://www.cahiers-pedagogiques.com/Travailler-en-ilots ). Je suis plus adepte de l’îlot différencié, c’est-à-dire de faire travailler des élèves ensemble de niveau à peu près équivalent d’après leurs réussites aux compétences testées lors de chaque contrôle. Ces contrôles permettent de constituer des groupes. C’est une pratique que j’associe avec la pédagogie inversée (on parle de classe inversée depuis quelques temps).

- Par ailleurs, le numérique favorise la collaboration avec la multiplication des pads (framapad, titanpad, etherpad...).

- Une dernière raison me vient à l’esprit pour user du travail collaboratif. Comment lutter contre l’inattention à l’école ? En impliquant les élèves dans l’apprentissage, être ensemble...(voir à ce sujet sur l’inattention à l’école, le dossier de la revue Esprit janvier 2014 n°401 ). 

Ce travail est réalisé dans le cadre de la classe inversée : un article de présentation suivra dans quelques temps à propos de cette démarche qui offre le grand intérêt de réfléchir sur sa pédagogie. Les élèves ont donc vu chez eux une capsule vidéo sur la démocratie Athénienne : https://www.youtube.com/watch?v=WPCuY_LeuKg )

Problématique :

Comment fonctionne la démocratie à Athènes ?

Démarche :

Construire un récit, une journée à Athènes. Cette démarche est complexe : aussi des aides sont proposés dans le cadre de classe inversée et dans le cadre du travail collaboratif.(tâche complexe) 

Capacités/compétences : 

Raconter :

- La fête des Panathénées en expliquant son rôle civique et religieux
Raconter et expliquer
- Un débat à l’Ecclesia
Caractériser
- Le statut des citoyens, des femmes et des esclaves
Reconnaître
- Les lieux et les monuments de la cité

Numérique :

application pour la vidéo cours ; en classe : rien de spécial si ce n’est le vidéo projecteur
Bibliographie/sitographie :

Pièces jointes :

voir ci-dessous le fichier consigne

Les rédactions postées dans cet article montrent la forte hétérogénéité de la classe. La rédaction 5 a été réalisé par un élève qui écrivait quasiment rien dans ses DS ou dans les exercices...Le travail dans un groupe faible mais avec l’enseignant qui pratique "la maïeutique socratique" a permis à ces élèves d’élaborer des textes, certes loin de la qualité ou de la quantité d’autres élèves...mais enfin ils produisent une trace.
Le principe de la classe inversée associé à des pratiques comme le travail de groupe collaboratif apporte de l’aide aux enfants en difficulté.

Merci à M.Berthot pour sa vidéo sur Salamine, très utile pour montrer le débat argumenté à l’ecclesia.