Accueil  >  Fabricarto - Numérique en HG > Séquence pédagogique sur le complot en 1er (EMC)

Rubrique Enseigner avec le numérique

Séquence pédagogique sur le complot en 1er (EMC)

Le 14 mai 2017 - G. Juilleron

COMPLOTONS CONTRE LES COMPLOTISTES !

Dans le cadre de l’EMC en classe de 1ere, les élèves de la 1ere L du Lycée Charles de Gaulle de Dijon ont réalisé des vidéos reprenant les codes des vidéos conçues par les promoteurs de théories complotistes. En 1ere, le programme d’EMC invite à réfléchir sur les usages individuels et collectifs du numérique. Nous attendons que nos élèves s’impliquent dans un travail d’équipe, et nous devons travailler sur les valeurs de la République afin d’aiguiser leur esprit critique.
Ce travail a été fait en trois temps. La première étape était un temps de dialogue, de discussion, de rencontre autour de l’usage des médias, des pratiques des élèves, des techniques pour faire la différence entre une info et une intox (ref activité Info ou Intox du CLEMI de Besançon). Ce temps d’échange a permis de faire émerger des définitions, de donner un socle de réflexion aux élèves.
Enfin, nous avons achevé cette étape avec la rencontre d’un journaliste en collaboration avec le CLEMI de Dijon. Thomas HUCHON (Spicee) a parlé de son travail aux élèves pendant une matinée. Ce temps d’échange avec un professionnel a complété le travail fait en amont par la professeur documentaliste, Mme Christiane RICHER, sur les sources de l’information (les agences de presse dont l’AFP, le circuit de l’info, les grands groupes de presse)". Il a aussi ouvert de nouvelles pistes sur la compréhension des « intox ».
Notre temps deux était celui de l’action ! Sur la base de l’activité menée par Thomas HUCHON dans d’autres écoles, les élèves ont eu à construire leur complot. Je pense que fabriquer un faux complot est le meilleur moyen de comprendre le fonctionnement de ces vidéos, et de repérer par la suite plus vite les codes des complotistes. Les élèves ont tiré au sort 3 mots clefs qui constituaient leurs « victimes », « responsables » et « objets » du complot. Ils devaient travailler en groupe (2 ou 3 élèves). Ils ont eu à monter leurs vidéos, trouver des relations entre les mots tirés au sort. Une fois le travail achevé, ils ont présenté leurs travaux à la classe et expliqué leur démarche. Ce qui est intéressant, c’est qu’ils ont avoué avoir parfois fabriqué des preuves pour que cela reste plausible. Ils ont donc maintenant un regard plus critique.
Le dernier temps de cette longue activité a été celui de la publication et de l’analyse. Les élèves ont voté de façon démocratique pour la vidéo la plus réussie et plausible parmi les 10 réalisées. La vidéo sélectionnée a été postée sur une chaine YouTube. Les élèves ont effectué le partage, la promotion et le suivi des statistiques. Ce troisième et dernier temps nous a permis de traiter de nombreux sujets liés à l’usage et à la compréhension du numérique. Nous avons réalisé des activités et débattu de la propagation d’une information, de l’identité numérique, du cyber harcèlement, des bulles de filtrage de Google, des cookies, de la diffamation sur le net… Enfin, nous avons terminé ce travail avec une réflexion sur les réponses de la République face aux théories du complot. Nous avons donc achevé ce travail par un rappel des valeurs et des principes de la République.
Je mets à votre disposition mon document de cours.

mai 2017 :

Rien pour ce mois

avril 2017 | juin 2017

Restez informé

  • Portail national éduscol
  • Flux RSS, abonnez-vous au fil des actualités du Histoire géographie Dijon
  • Twitter histoire-géographie académie de Dijon
  • Scoop it ! histoire-géographie académie de Dijon

Rester informé

  • Portail national éduscol
  • Flux RSS, abonnez-vous au fil des actualités du Histoire géographie Dijon
  • Twitter histoire-géographie académie de Dijon
  • Scoop it ! histoire-géographie académie de Dijon