search

Accueil > Enseigner > Histoire > XXe siècle- à nos jours > Projet "Ruptures 2020"

Projet "Ruptures 2020"

L’historien.ne, les témoignages et la mémoire en temps de rupture

lundi 25 mai 2020, par E.Menetrey

Cette période de crise sanitaire et ses nombreuses conséquences donne l’occasion de s’interroger avec nos élèves sur les notions historiques de crise et de rupture et de mener avec eux un travail de recueil de témoignages. Un projet aux multiples implications pédagogiques, scientifiques, sociales et civiques.

« Je peux et je souhaite me tromper, mais je pense que nous ne reverrons jamais le monde que nous avons quitté il y a un mois » (S. Audoin-Rouzeau, site Médiapart, 12/04/2020 : https://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/120420/stephane-audoin-rouzeau-nous-ne-reverrons-jamais-le-monde-que-nous-avons-quitte-il-y-un-mois?onglet=full)
Prononcée en référence au « monde » précédant la pandémie de Covid-19 et le confinement qui y est lié, cette analyse de l’historien S. Audoin-Rouzeau expose l’idée d’une rupture provoquée par cette crise sanitaire mondiale, la traversée d’un moment historique, le sentiment d’un « avant » et d’un « après ».
C’est autour de ces thématiques que le projet « Ruptures 2020 » a été lancée par Lola Jarry, Sebastian Jung, Sahondra Limane (académie de Créteil), Samuel Kuhn (académie de Grenoble) et Christian Ingrao (CNRS).
Il s’agit de lancer une enquête pour analyser et tenter de comprendre cette crise et la rupture qu’elle constitue dans chacune de nos vies. Menée selon les méthodes de la discipline historique, cette investigation sera basée sur la récolte, par des élèves de 4ème, 3ème et des classes de lycée, de témoignages oraux dont trois seront finalement retenus par chaque élève. Cette opération se déroulera dans le plus grand respect des règles de distanciation physique et donc, au besoin, à distance (téléphone, visio-conférences…). Devenus « enquêteurs-historiens » du quotidien, les élèves entreront, par un travail d’analyse de ces témoignages mené sous l’égide de leur professeur, dans la construction d’un récit historique commun, au sein de leur classe. Ils se feront aussi acteurs de la fabrique d’une histoire orale dont l’objectif sera de rassembler, à l’échelle nationale, voire européenne, une mémoire de la période actuelle. A travers ce travail collectif, ils réfléchiront à la place du témoignage dans l’écriture de l’histoire.
Hiérarchisés, analysés et présentés dans une production finale, ces témoignages seront ainsi gardés, fixés en tant que traces de cet événement et de l’expérience humaine qui consiste à le traverser, afin d’en empêcher la disparition et d’en permettre la transmission par la constitution d’un fond d’archives, d’une bibliothèque de témoignages qui en proposerait une mémoire, exploitable par ceux, chercheurs, enseignants, étudiants, élèves, qui viendront après nous.
Ces témoignages seront recueillis par les élèves, en lien avec leur professeur, dans le cadre de leurs relations familiales, amicales… L’objectif est donc aussi de renouer des liens sociaux tout en construisant une histoire « par le bas », une histoire de chacun, personnelle, voire intime, mais aussi inscrite dans une expérience collective.
Cette dimension personnelle sera doublée d’une perspective temporelle. A la collecte de témoignages sur la période actuelle s’ajoutera en effet le recueil de souvenirs d’une crise précédemment traversée par chaque témoin, qu’elles soit personnelle ou collective. Il s’agit donc d’observer le présent mais aussi de jeter un regard sur le passé. Celui-ci s’appuiera pour chaque témoin sur la présentation d’un objet à forte valeur mémorielle, symbolisant à ses yeux le moment de rupture évoqué en en convoquant le souvenir pour, au final s’efforcer de répondre aux questions suivantes : Que sommes-nous en train de vivre ? Comment traversons-nous cette période ? Comment nous traverse-t-elle ? Comment, d’un point de vue personnel et actuel, mais aussi au regard de nos expériences passées, appréhendons-nous cette situation inédite ?
Pour guider et encadrer le travail des élèves, un ensemble de ressources est disponible sur les sites académiques de Créteil (http://hgc.ac-creteil.fr/faire-travailler-les-eleves-sur-la-question-du-confinement-comme-temps-de-rupture) et Grenoble (https://histoire-geographie-pedagogie.web.ac-grenoble.fr/content/le-projet-ruptures-2020?fbclid=IwAR3kKezERYEw4n-UNJn7GA1qGNb-BW26-gbeY7zaS5cevedyYDhc7AtKnu0).
Elles sont adossées à une chaîne You Tube dont l’analyse des vidéos constitue une base de réflexion méthodologique (https://www.youtube.com/channel/UCkcDJm9OR2vCRTP4MYiw2Iw) .

Emmanuel MENETREY
emmanuel.menetrey@ac-dijon.fr
Collège Dinet – SEURRE (21)