Accueil  >  Enseigner > Les nouveaux programmes de collège -Rentrée 2016

Rubrique Compétences - Socle - Evaluation

Les nouveaux programmes de collège -Rentrée 2016

Le 20 février 2016 - J-F Boyer webmestre

L’article propose une analyse des nouveaux programmes en histoire géographie, applicables à la rentrée 2016.

Documents officiels.

Les textes :

Voir cet article qui propose un tableau : liens domaines du socle et compétences :
http://histoire-geographie.ac-dijon.fr/spip.php?article881
(il s’agit d’un tableau d’après le socle et le programme mais avec des choix personnels, réalisés par J-F Boyer).
Les Horaires :
- L’arrêté du 19 mai 2015 prévoit de consacrer à l’Histoire-Géographie-Enseignement moral et civique les mêmes horaires qu’à l’Histoire-Géographie-Éducation civique : 3h en 6e, 5e et 4e, 3h30 en 3e.
- La répartition de ces horaires :
• en 6e, l’Histoire-Géographie se voit attribuer 2h30, l’EMC 0h30 par semaine
• en 5e et 4e, l’Histoire-Géographie-EMC représente 3h par semaine
• en 3e, l’Histoire-Géographie-EMC dispose de 3h30 par semaine
Plusieurs changements sont cependant prévus concernant les horaires de ces matières :
- Dans la réforme du collège, ces heures ne sont pas toutes, contrairement à aujourd’hui, consacrées à un enseignement disciplinaire commun.
- En effet, l’AP et les EPI pourraient être organisés sur une partie des horaires d’Histoire-Géographie-Enseignement moral et civique.

Par ailleurs, l’arrêté du 19 mai 2015 prévoit de laisser aux établissements une certaine autonomie dans la répartition de ces horaires, à condition de respecter :
- le nombre d’heures prévu pour chaque discipline à l’intérieur du cycle (soit 9h30 d’Histoire-Géographie-EMC au cycle 4, qui peuvent être réparties en 3h par semaine en 5e, 3h en 4e, 3h30 en 3e, mais aussi 2h en 5e, 3h en 4e, 4h30 en 3e, etc.),
- le nombre annuel d’heures dû à chaque élève toutes disciplines confondues,
- l’obligation d’enseigner chaque discipline lors de chaque année du cycle.

UN CURRICULUM DE COMPETENCES
Curriculum de compétences

I. Comprendre la logique d’écriture des nouveaux programmes

Comprendre le sens global de la réforme avant de se lancer dans la préparation des cours.

1. Une logique socle / cycles / programmes

L’ensemble forme un tout : il n’y a plus d’un côté le socle et de l’autre les programmes.
La base de travail et de réflexion, c’est le socle rénové, autour de 5 domaines de formation définissant les connaissances et les compétences qui doivent être acquises à l’issue de la scolarité obligatoire :

Les domaines du socle :
• les langages pour penser et communiquer
• les méthodes et outils pour apprendre
• la formation de la personne et du citoyen
• les systèmes naturels et les systèmes techniques
• les représentations du monde et l’activité humaine

Domaine 1 : Les langages pour penser et communiquer

• Comprendre, s’exprimer en utilisant la langue française à l’oral et à l’écrit.
Tous les enseignements concourent à la maitrise de la langue. En histoire-géographie et en sciences, on s’attachera à travailler la lecture, la compréhension et la production des différentes formes d’expression et de représentation en lien avec les apprentissages des langages scientifiques. L’histoire des arts ainsi que les arts de façon générale amènent les élèves à acquérir un lexique et des formulations spécifiques pour décrire, comprendre et interroger les œuvres et langages artistiques.
• Comprendre, s’exprimer en utilisant les langages mathématiques, scientifiques et informatiques.
En sciences et en technologie, mais également en histoire et en géographie, les langages scientifiques permettent de résoudre des problèmes, traiter et organiser des données, lire et communiquer des résultats, recourir à des représentations variées d’objets, d’expériences, de phénomènes naturels (schémas, dessins d’observation, maquettes…).
Lien compétences - socle

Les compétences sont placées en tête des programmes : elles sont la priorité pour mettre en œuvre les programmes.

Extrait de l’introduction aux programmes d’histoire et géographie du cycle 3 : « Les professeurs établissent des liens avec l’enseignement moral et civique et sont attentifs à la contribution effective de l’enseignement de l’histoire et de la géographie à l’atteinte des objectifs du cycle dans les différents domaines du socle commun – notamment les domaines 1 et le 2. Tout au long du cycle 3, les élèves acquièrent des compétences et des connaissances qu’ils pourront mobiliser dans la suite de leur scolarité et de leur vie personnelle. »

La scolarité obligatoire est pensée en cycles de 3 ans, du CP à la 3ème :
• Cycle 2, cycle des apprentissages fondamentaux : CP, CE1, et CE2
• Cycle 3, cycle de consolidation : CM1, CM2 et classe de 6ème
• Cycle 4, cycle des approfondissements : classes de 5ème, 4ème et 3ème

Chaque programme de cycle est organisé en trois volets :

• Volet 1 : présente les objectifs de formation ainsi que les spécificités du cycle, dans la perspective de l’acquisition progressive de la culture commune définie par le socle commun de connaissances, de compétence et de culture.
• Volet 2 : rassemble les contributions des différents enseignements à l’acquisition de chacun des 5 domaines de formation du socle commun.
• Volet 3 : comporte pour chaque enseignement : les compétences travaillées pendant le cycle, les attendus de fin de cycle ; les compétences et les connaissances associées ; des exemples de situations, d’activités et de ressources pour l’élève ; des repères de progressivité permettant d’organiser l’enseignement durant les trois années du cycle ; des pistes pour aménager des liens avec les autres enseignements.

Le programme de cycle ainsi structuré comporte deux niveaux de lecture signalés par des fonds de couleurs différentes :

-  en bleu : le volet 1 et, pour le volet 3, le préambule et le tableau « Compétences travaillées » de chaque enseignement permettent à tous, spécialistes comme non spécialistes, d’avoir une vision globale du projet de formation et des grandes orientations du cycle ;
-  en blanc : le volet 2 et, pour le volet 3, les textes explicatifs et les tableaux suivant celui des compétences travaillées s’adressent plus spécifiquement aux professionnels de l’éducation. (...)

2. Une liberté pédagogique renforcée.

-  Des programmes moins directifs : ils sont présentés en 2 colonnes :
-  « Repères annuels de programmation » (3 grands thèmes et des sous-thèmes non numérotés, en histoire comme en géographie)
-  « Démarches et contenus d’enseignement » (certaines démarches demeurent (études de cas) ; les choix des thèmes et sous-thèmes sont expliqués, argumentés, éclaircis dans cette colonne « démarches et contenus d’enseignement »)
-  Une confiance dans la responsabilité professionnelle, individuelle et collective des professeurs :
Ces programmes de cycles se veulent moins contraignants dans les choix et la temporalité pédagogique et ouvrent la voie à plus de responsabilité professionnelle, individuelle et collective, sur la conception et la mise en œuvre des contenus réellement enseignés. Ils appellent aussi à un travail d’élaboration collective des progressions, des sujets d’étude, de l’évaluation, plus attentif aux acquis réels des élèves qu’à leurs seuls résultats chiffrés ou à la réalisation d’un programme annuel pris à la lettre, plus attentif aussi à leur diversité. Ils visent à accroitre la vision globale des équipes pédagogiques sur le long terme du projet d’enseignement défini par le socle commun de connaissances, de compétences et de culture comme horizon d’attente de la formation des élèves.

Comparaison ancien et nouveau pg

L’introduction des programmes d’histoire et géographie du cycle 4 précise :

(...) Les enseignants déterminent le volume horaire qu’ils consacrent à chaque thème ou sous-thème en fonction des démarches pédagogiques qu’ils souhaitent mettre en œuvre.
Cela demande donc un important travail d’appropriation et de projet disciplinaire, en équipes : quelle analyse des programmes, quels parcours, quels choix ?
-  Adapter et varier les démarches pédagogiques :
« (des) démarches pédagogiques adaptées à l’âge des élèves, en recherchant le juste équilibre entre compétences et connaissances, sans excès d’érudition, et en privilégiant les contenus indispensables à toute réflexion sur le passé. Ils diversifient les situations d’apprentissage, notamment au moyen d’approches interdisciplinaires (...) »

Rappel : types de démarche pédagogique :

Démonstrative : reproduire un geste ou une technique précise
Analogique : remplacer une idée ou un concept par un fait connu et simple pour y retrouver des ressemblances
Magistrale ou expositive : transmettre des connaissances sous la forme d’un exposé.
Interrogative : questions-réponses
Découverte : essais et erreur en petit groupe, mobiliser des expériences personnelles des apprenants pour apprécier une situation et résoudre un problème posé ; (tâches complexes)


II. Lecture rapide des programmes et comparaison avec ceux de 2008

• Des programmes qui restent annuels et chronologiques
Exemple : en 3ème : retour de la chronologie, notamment concernant l’histoire de la France : la France dans 2nde GM est proposée juste après la 2nde GM, le Front populaire est placé avec les totalitarismes...
• Toujours une parité absolue histoire / géographie
« L’enseignement de l’histoire et de la géographie doit être envisagé dans la complémentarité entre les deux disciplines : les équipes de professeurs mettent en œuvre les questions programmées dans l’une et dans l’autre de manière équilibrée, à parts égales, en n’hésitant pas à souligner les apports de l’histoire à la géographie et réciproquement. »

Les grandes lignes des programmes du collège 2016 : le lien avec les parcours

Introduction aux programmes d’histoire et géographie du cycle 4 :
• Les équipes de professeurs d’histoire et de géographie puisent (...) dans les thématiques d’histoire des arts pour nourrir leur enseignement ; la connexion est réalisable à partir de toutes les entrées du programme d’histoire, mais aussi à partir de celles de géographie. Ce travail contribue à rendre les élèves sensibles au statut particulier de l’œuvre d’art. (...). Pour rapprocher ce patrimoine culturel de leur propre culture, les élèves apprennent à identifier les formes, les matériaux et les expressions artistiques, et à les associer à des usages pour leur donner un sens.
• De nombreuses entrées thématiques et méthodologiques d’histoire et géographie permettent également de contribuer à l’éducation aux médias et à l’information.
• (...) Ils apprennent à mobiliser dans cet apprentissage des savoirs sociaux et familiaux.

La participation de l’Histoire Géographie à de nombreux enseignements transversaux

La réforme du collège :
• confirme l’engagement de l’Histoire-Géographie dans les enseignements transversaux déjà existants,
• et lui demande, aux côtés des autres matières, de prendre en charge des enseignements nouvellement définis : les parcours (PEAC, parcours citoyen, parcours avenir et EMI)
• Mais, également, notre matière prend en charge une partie de la préparation des élèves à l’Attestation Scolaire de Sécurité Routière (ASSR).

En histoire
• [Les élèves doivent comprendre] les grandes évolutions comme les tournants et les ruptures d’une histoire à la fois nationale et globale, les principales caractéristiques et les temps forts des sociétés du passé, les transitions entre les époques et les questions utiles à la formation des citoyens.
• Ils découvrent désormais l’histoire de la France dans sa plus longue durée, sa richesse et sa complexité. (...) L’histoire des rapports des Européens au monde, les connexions entre économies, sociétés et cultures, l’histoire des relations internationales.
• L’histoire du fait religieux, (...) permet aux élèves de mieux situer et comprendre les débats actuels.
• Une approche globale des faits historiques doit éclairer à parts égales la situation, la condition et l’action des femmes et des hommes à chaque moment historique étudié : c’est donc une histoire mixte qu’il convient d’enseigner.
• [Les élèves] poursuivent leur initiation au raisonnement historique et donnent du sens aux situations historiques explorées.
• On propose une approche du récit historique qui permet aux élèves d’enrichir et de préciser leur connaissance du passé au fil d’une progression chronologique et thématique.
• Ils approfondissent l’examen et la typologie des sources et apprennent à les interroger en les mettant en relation avec un contexte.
• Les compétences liées à l’analyse des documents et à la maitrise des langages écrit et oral demeurent au cœur des pratiques quotidiennes de classe.
• Ces compétences, qui s’exercent sur des documents du passé, constituent une véritable et rigoureuse initiation à la pratique de l’histoire ; leur exercice vise à susciter aussi chez les élèves le plaisir né de la découverte de ce qu’ont fait et écrit les femmes et les hommes du passé.

En géographie
• Les espaces et les territoires dans le cadre de leur aménagement par les sociétés sont questionnés au regard de la durabilité de leur développement(pas de chapitre sur le développement durable en tant que tel mais fil rouge de tout le cycle) et des effets géographiques de la mondialisation contemporaine(idem).
• Notions de développement, changement global.
• Analyse géographique des espaces, de différentes échelles.
• L’étude concrète de cas de territoires, contextualisés et replacés à différentes échelles est particulièrement importante, avec des exemples et des cas appartenant aux différents grands ensembles territoriaux du monde contemporain.
• Utiliser les représentations et l’expérience géographiques des élèves.
• Travailler des croquis et des schémas qui initient les élèves au langage cartographique.
• Initier les élèves à la réflexion prospective.

En somme, beaucoup de continuité tant dans les grands objectifs de nos disciplines, que dans les démarches à mettre en œuvre ou encore dans les connaissances à enseigner.

Voir et télécharger le document joint pour la comparaison des anciens et nouveaux programmes

LECTURE DU PROGRAMME DE 6e EN HISTOIRE : ANCIEN ET NOUVEAU PROGRAMME

• Continuité CM1 et CM2 et 6e :
Distinguer l’histoire de la fiction/travailler sur des faits historiques
Viser des repères communs (ni exhaustive et linéaire)
Variété des documents = esprit critique
Contextualiser : situer dans le temps et l’espace (frises chronologiques et cartes)
• Différences en 6e/ CM1-CM2 :
La place du fait religieux en 6e
CM1-CM2 : histoire locale, la Gaule/ 6e : ouverture sur le monde
• Approches comparaison ancien et nouveau programme :
Mythes et croyances/faits historiques (thème 2)
Contextualiser le fait religieux
La diversité des peuples dans l’Empire Romain

LECTURE DU PROGRAMME DE 6e EN GEOGRAPHIE : ANCIEN ET NOUVEAU PROGRAMME>/font>

• Continuité CM1-CM2-6e :
La notion habiter : résider/organiser et pratiquer les espaces de vie.
Comprendre les relations des habitants avec leurs territoires
Le développement durable

• Différences en 6e /CM1-CM1 :
Études de cas locales primaire, d’autres échelles et espace en 6e = comprendre la diversité des habiter dans le monde

Les thèmes communs CM1-CM2 et 6e
Thèmes communs Cycle 3

Conclusion :

L’approche en partie nouvelle pour nous est la construction collective, en équipes, des choix à faire, des parcours à proposer, afin de faire acquérir à tous les élèves le socle commun de connaissances, de compétences et de culture – à partir duquel doit s’organiser l’ensemble de la réflexion didactique et pédagogique.


Voir cette adresse pour le lien entre les compétences histoire géo et le socle commun  : il s’agit d’une proposition réalisée en octobre 2016 de J-F Boyer :
http://histoire-geographie.ac-dijon.fr/spip.php?article881

février 2017 :

Rien pour ce mois

janvier 2017 | mars 2017

Restez informé

  • Portail national éduscol
  • Flux RSS, abonnez-vous au fil des actualités du Histoire géographie Dijon
  • Twitter histoire-géographie académie de Dijon
  • Scoop it ! histoire-géographie académie de Dijon

Rester informé

  • Portail national éduscol
  • Flux RSS, abonnez-vous au fil des actualités du Histoire géographie Dijon
  • Twitter histoire-géographie académie de Dijon
  • Scoop it ! histoire-géographie académie de Dijon