search

Accueil > TraAM > TraAM 2020-2021. > Mises au point scientifiques > La mise en narration numérique : un outil utile pour enseigner les (...)

La mise en narration numérique : un outil utile pour enseigner les compétences du XXIe siècle

dimanche 27 février 2022, par Angélique MARIE webmestre, M. Bertrand

Depuis quelques années, les études et rapports se sont multipliés pour démontrer que l’introduction d’outils numériques à l’école ne révolutionne pas les résultats des élèves. En revanche, cela s’est traduit par une évolution progressive des méthodes d’enseignement et d’apprentissage, même si l’utilisation de ces outils repose encore très largement sur l’appétence individuelle, la volonté et l’autoformation des enseignants dans ce domaine.

La mise en narration numérique en éducation

Selon Erin RIESLAND (2005), les systèmes éducatifs doivent s’adapter afin d’accompagner aux mieux les étudiants à développer des compétences susceptibles de leur permettre de s’épanouir et d’exercer leur esprit critique dans des environnements de plus en plus multimédias.

Afin de répondre à cette exigence, trois possibilités sont offertes aux enseignants :

  1. Mobiliser dans leurs situations d’apprentissage des ressources numériques construites selon les principes de la mise en narration qui améliorent et accélèrent la compréhension et la mémorisation des élèves en associant du texte, des images, des vidéos et des animations interactives.
  2. Créer soi-même des ressources numériques construites selon les principes de la mise en narration afin de favoriser l’attention et l’engagement des élèves dans la découverte de nouvelles idées et thématiques.
  3. Proposer aux élèves de créer eux-mêmes des ressources numériques construites selon les principes de la mise en narration afin d’accompagner l’acquisition de ce qui est désormais désigné comme les “compétences du XXIe siècle”.

La création de ressources numériques narratives permet en effet de mettre en application la plupart des compétences listées ci-dessus en effectuant des recherches sur un sujet, en organisant les informations recueillies pour les rendre intelligibles et en construisant un récit significatif. En somme, quand les élèves mobilisent la mise en narration numérique, ils ne se contentent pas d’acquérir des connaissances transmises par l’enseignant mais ils apprennent à traiter l’information par eux-mêmes pour la convertir en connaissances.

Différentes catégories de narration

Selon les disciplines, les niveaux d’enseignement et les compétences ciblées, différents types de narration peuvent être mobilisés :
- Les récits personnels particulièrement mobilisés en français et en langues afin d’évoquer les événements d’une vie, d’honorer la mémoire d’un individu ou bien d’expliquer les défis rencontrés par un personnage.

- Les récits informationnels et instructifs qui sont les plus évidents pour un usage éducatif afin de permettre aux élèves de comprendre le phénomène du vieillissement cellulaire ou encore la géométrie à partir d’objets du quotidien.

- Les récits historiques sont évidemment privilégiés pour l’enseignement de l’histoire car ils permettent non seulement d’organiser des événements dans une trame narrative, mais aussi de les associer à des archives, photographies, extraits de discours, et tout autre matériau susceptible d’accompagner la compréhension et la réflexion autour du passé.

Par conséquent, la mise en narration numérique constitue une piste intéressante pour permettre aux enseignants de mobiliser des outils numériques de manière critique, créative et responsable avec leurs élèves. Elle peut également être considérée comme un moyen pratique pour encourager la motivation des élèves qui constitue l’un des éléments essentiels au processus d’apprentissage.

Synthèse proposée par Mickaël BERTRAND à partir de l’article de Bernard R. ROBIN, “Digital Storytelling : A Powerful Technology Tool for the 21st Century Classroom”, in Theory Into Practice, July 2008.


Mise en page : Angélique Marie.