search

Accueil > Enseigner > Géographie > Habiter > Approche des territoires du quotidien, l’exemple du tramway de (...)

Approche des territoires du quotidien, l’exemple du tramway de Dijon

samedi 29 septembre 2012, par J-P Contesse

Cet article propose une étude présentée lors des stages lycée en 2012. Toutefois, depuis la création de cette activité, il faut préciser que désormais le tramway de Dijon (ligne 1) est en fonctionnement (septembre 2012). 

TICE : vidéo projecteur

Démarche/problématique : 

Approches des territoires du quotidien

Chapitre consacré à l’aménagement du territoire en France, à différentes échelles niveau 1ère . En géographie, 3 choses nous intéressent : qui sont les acteurs (ceux qui décident et agissent), quels sont les enjeux, les problèmes qu’ils essaient de résoudre, comment leurs actions s’inscrivent dans plusieurs échelles sur les territoires.

En géographie, un aménagement est une réalisation menée par un ou des acteurs publics et/ou privés, destinée à un usage public, et qui modifie l’organisation ou l’utilisation de l’espace. 

Entre Dijon (et ses quartiers), et la France voire l’Europe, il y a d’autres échelles à étudier. Beaucoup d’acteurs interviennent dans un aménagement, et ils se coordonnent pour faire aboutir le projet.

Devenir des citoyens libres et des acteurs éclairés de la société (ce que vous serez), c’est être capable de décrypter l’organisation des espaces dans lesquels vous vivez, de prendre conscience des acteurs qui s’y inscrivent et de cerner les enjeux des débats qui y ont lieu. 

PROBLEMATIQUES :

- Quels acteurs aménagent aujourd’hui les territoires du quotidien ? A quelles échelles territoriales leur action s’inscrit-elle ? Quelles relations existent entre eux ?

- Quels sont les grands enjeux de l’aménagement des territoires du quotidien ? Quels problèmes les acteurs qui le mettent en œuvre cherchent-ils à solutionner ? Quels sont les objectifs de leurs politiques ?

I. Etude d’un aménagement local : le tramway à Dijon (3-4 h)

Un tramway a déjà circulé dans Dijon mais il fut abandonné dans les années 1960 pour laisser la place à la voiture. Texte + illustration : lecture en classe et explications. Mode, praticité… abandon du tram. Pourquoi y revient-on aujourd’hui d’après vous ? Echange avec les élèves.

Sites de référence :

http://www.letram-dijon.fr/

http://www.grand-dijon.fr/

- Toutes les images de synthèse sur film : http://www.dailymotion.com/video/xb5jbr_tramway-dijon-hypotheses-d-amenagem_news

  1. Présentation du projet Tramway à Dijon. 

Quel matériel (Alstom) ? Quelles lignes ? Deux documents de présentation pour visualiser et situer :

Image de synthèse : le tramway

Carte : les 2 lignes 

  1. Répondre à quels besoins sur quel territoire ?

Rappel : le territoire est un espace approprié par les hommes, dont ils perçoivent les contours et pour lequel ils ressentent une appartenance.

Mise au point : les collectivités qui gèrent les territoires : quelles compétences ?

Polycopié : tableau. Explications 

  1. Le Grand Dijon, porteur du projet

Quel est le territoire concerné ? Le Grand Dijon, qui est d’ailleurs la collectivité qui porte le projet et qui en est le principal financeur. Carte du Grand Dijon et du SCOT. Explications.

  1. Pourquoi un tramway à Dijon 

Document : F. Rebsamen : « Il était temps de passer au tramway »

Questions :

- A quels besoins, à quels problèmes la construction du tramway doit-elle répondre selon F. Rebsamen ?

- Pourquoi le choix s’est-il porté sur le tramway fer d’après le président du Grand Dijon et maire de Dijon ?

- Expliquez la phrase « Nous avons renversé la problématique ».

  1. « Refaçonner la ville » (F. Rebsamen) 

Images de synthèse : refaçonner la ville.

  1. Un moteur économique pour le territoire

Texte brochure Grand Dijon : un moteur pour le territoire : partenariats. Développer le partenariat INEO (GDF SUEZ), sur PPP et conditions sociales, économiques…

Diagramme Grand Dijon : Le financement du tram : rappeler collectivités, cofinancements.

Image de synthèse : desservir les lieux d’activité et les grands équipements. Donner autres exemples de grands équipements desservis.

  1. Débats et actualité du tram dijonnais

Le projet de tram a fait l’objet de débats publics et de présentation préalables aux habitants, qui se sont peu exprimés, mais ont validé le projet pour lequel ils avaient majoritairement voté aux municipales de 2008.

Pour autant, l’opposition était et reste résolument contre cet aménagement : elle aurait souhaité un Busway.

Doc Dugourd : lecture et explications.

 

Aujourd’hui, les travaux pèsent, mais la livraison arrivera plus vite que prévu, les Dijonnais sont plutôt impatients et adaptent leurs modes de transports, ce qui est aussi l’objectif de la municipalité.

Ex : Article : Interview d’étudiants BP 23.09.11

 Schéma récapitulatif : « Le tramway à Dijon : enjeu, aménagements, acteurs »

Méthode ?

  1. Comme sujet de composition : plan ? Leur faire chercher. Quand validé, leur montrer plan de légende.
  2. Brouillon : remplir ce plan, quelles idées, puis classer. Montrer mon brouillon ensuite.
  3. Compléter de façon organisée dans la légende : leur donner légende sans les figurés.
  4. Comment représenter : en discuter, plusieurs possibilités. Montrer et donner fond de schéma.
  5. Ils font le travail : complètent légende et schéma.
  6. Correction en couleur.

II. L’aménagement des territoires en France 

Sites internet :

- Portail de la direction générale des collectivités locales, ministère de l’intérieur : www.dgcl.interieur.gouv.fr

- Portail de la fédération nationale des agences d’urbanisme : www.fnau.org

- INSEE portail des collectivités locales : http://www.insee.fr/fr/publics/defa...

- Maison européenne des pouvoirs locaux français : http://www.pouvoirs-locaux-francais.eu/

- Sénat, Observatoire de la décentralisation : http://www.senat.fr/observatoire_de...

- Site de la DATAR : http://territoires.gouv.fr

 

  1. De l’aménagement du territoire à l’aménagement des territoires en France

Après 1945 (cf. J.-F. Gravier, Paris et le désert français), planification par l’Etat sous l’égide de la DATAR depuis 1963, avec un objectif simple, défini par Eugène Claudius-Petit juste après la Snde GM : « C’est la recherche, dans le cadre géographique de la France, d’une meilleure répartition des hommes en fonction des ressources naturelles et des activités économiques. »

Montrer sur la carte polycopiée : 1. Rééquilibrage ; 2. Aménagement par l’Etat pour développer et valoriser le potentiel national.

Mais les enjeux ont changé, l’État doit toujours favoriser la cohésion nationale et réduire les inégalités entre les territoires, mais il veut, en stimulant le tissu économique local, donner à chaque territoire les moyens de concevoir et de mettre en œuvre son potentiel de développement, et ce de manière durable dans un contexte de mise en concurrence des territoires à toutes les échelles (surtout européennes et mondiales).

L’évolution du sigle de la « DATAR » montre cette évolution des enjeux (site de la DATAR : http://territoires.gouv.fr) :

  • 14 février 1963 : création de la Délégation à l’aménagement du territoire et à l’action régionale (DATAR) ;
  • 1er janvier 2006 : la Délégation interministérielle à l’aménagement et à la compétitivité des territoires (DIACT) se substitue à la DATAR ;
  • 15 décembre 2009 : la Délégation interministérielle à l’aménagement du territoire et à l’attractivité régionale (DATAR) se substitue à la DIACT.

Des aménagements sont aujourd’hui réalisés à toutes les échelles. Les initiatives menées par les intercommunalités sont nombreuses. On ne peut donc plus parler d’« aménagement du territoire » qui renvoie à l’époque révolue d’une politique conçue à la seule échelle nationale par un acteur unique, l’Etat, mais bien de l’« aménagement des territoires » avec de multiples acteurs.

Je cite le site officiel de la DATAR http://territoires.gouv.fr  :

« La DATAR prépare, impulse et coordonne les politiques d’aménagement du territoire menées par l’État. Dans une perspective de développement durable, l’action de la Délégation est guidée par un double objectif :

- renforcer l’attractivité des territoires,

- assurer leur cohésion et leur équilibre dans une Europe élargie et dans un cadre partenarial avec les collectivités territoriales et les autres acteurs du développement local. »

Montrer sur la carte le 3. « Aménagement des territoires… »

  1. Le rôle des acteurs à toutes les échelles 

a. Des acteurs divers

L’aménagement des territoires en France est le fait d’acteurs très divers :

- nombreux acteurs publics : communes, intercommunalités, départements, régions, Etat, établissements publics (ex. : réseau ferré de France, Conservatoire du littoral), Union européenne.

entreprises de plus en plus souvent impliquées (ex. : pour la réalisation de nouvelles infrastructures de transports).

groupements de citoyens (ex. : associations de défense de l’environnement).

L’État reste un acteur important de l’aménagement qui intervient à un niveau stratégique (cf. projet du Grand Paris). En revanche, tous les autres outils de planification des territoires sont à présent instruits par les collectivités locales  :

- plan local d’urbanisme pour les communes (PLU)

- schéma de cohérence territoriale (SCOT) intégrant plusieurs dizaines de communes autour d’un bassin de vie et d’emploi.

- plans de déplacement urbain (PDU)… 

Tous ces plans intègrent, au minimum, une réglementation de la fonction ou de la vocation des sols et un volet cartographique.

Aujourd’hui, la pratique de l’aménagement est souvent résumée par cette formule : " un territoire, une stratégie, un contrat ". Les régions passent des contrats avec l’Etat, ce sont les contrats de projet État-Région, quinquennaux, mais régions et départements multiplient, eux aussi, les contrats signés avec des entités plus petites (ex : le Grand Dijon avec le département de Côte d’Or...).

b. Des politiques de « développement territorial »

Tous les acteurs institutionnels, quelle que soit l’échelle (de la commune rurale à la métropole ou à la région) cherchent à attirer les actifs, et parmi eux les plus créatifs et porteurs d’innovation pour entretenir ou relancer une dynamique économique positive.

Différents outils s’offrent à eux :

- des instruments incitatifs (primes diverses)

- des politiques d’infrastructures (permettant d’améliorer la connexion du lieu considéré avec les grands espaces productifs et créatifs)

- des outils de stimulation de réseaux d’acteurs (universités et entreprises)

- des stratégies de communication, empruntant aux techniques du marketing, permettent de créer ou de parfaire une « identité territoriale » (montrer et expliquer les deux documents « identité Bourgogne ». 

On parle aussi aujourd’hui de prospective territoriale, c’est-à-dire que les acteurs d’un territoire envisage des hypothèses sur plusieurs décennies, en réalisant par exemple un schéma régional d’aménagement durable du territoire (SRADDT).

On remarque aussi une plus grande concertation, une plus grande information et une plus grande implication des citoyens pour les aménagements qui les concernent. C’est la démocratie participative.