search

Accueil > Enseigner > Histoire > XXe siècle- à nos jours > Introduire une controverse historiographique en classe. Exemples de la (...)

Introduire une controverse historiographique en classe. Exemples de la Première Guerre mondiale et du totalitarisme.

mardi 1er juin 2010, par F.Hojlo

Les questions de la Première Guerre mondiale et des totalitarismes font débat chez les historiens. Pourquoi ne pas s’appuyer sur ces débats pour initier les élèves au travail d’historien ? Il ne s’agit pas de demander aux élève ni même au professeur de trancher, mais de montrer que l’histoire n’est pas une donnée intangible.

Les programmes invitent d’ailleurs explicitement à ce type d’exercice. Ainsi, sur la Première Guerre mondiale, en 1ère STG : « On posera la question du consentement des opinions. » Ou sur les totalitarismes en 1ère générales : « Ce travail débouche sur une réflexion sur le totalitarisme. »

Les exercices proposées ici permettent en outre de remobiliser des connaissances travaillées au début de chacune des séquences et de s’entraîner à l’argumentation.

 

Place dans les programmes :

  • Controverse sur le Première Guerre mondiale :

1ère S :

II – La France de 1900 à 1939 ; 2 – Les Français dans la Première Guerre mondiale.

1ère ES et L :

III – Guerres, démocraties et totalitarismes ; 1 – La Première Guerre mondiale et les bouleversements de l’Europe.

1ère STG :

II – Guerres et paix ; A – L’Europe au cœur des grands affrontements.

 

  • Controverse sur le totalitarisme :

1ère S :

III – Les totalitarismes et la guerre ; 1 – Les totalitarismes.

1ère ES et L.

III – Guerres, démocraties et totalitarismes ; 3 – Les totalitarismes.

 

Démarche :

  • Controverse sur le Première Guerre mondiale :

Le travail sur la controverse intervient après l’étude de l’entrée en guerre, de l’aspect « total » du conflit et de la vie quotidienne des civils et des combattants. Il précède l’étude sur la sortie de guerre.

Il s’agit, en s’appuyant sur deux textes d’historiens et sur les connaissances acquises précédemment, de répondre à la question « Comment les Français, civils et combattants, ont-ils tenu plus de quatre ans malgré les difficultés ? »

Les élèves sont alors amenés à classer leurs arguments en deux parties, l’une correspondant à la « thèse du consentement », l’autre à la « thèse de la contrainte ».

 

  • Controverse sur le totalitarisme :

Le travail sur la controverse intervient en fin de séquence et permet ainsi de rappeler que les régimes totalitaires, s’ils connaissent des modes de fonctionnement communs, ont des objectifs idéologiques bien différents.

A partir d’un texte d’historien relativement complexe et d’un court questionnaire, les élèves doivent justifier la comparaison entre nazisme et stalinisme, expliquer pourquoi cette comparaison fait débat et montrer en quoi leurs violences sont différentes sur le fond.

 

Sources :

Annette Becker, Stéphane Audoin-Rouzeau, « La culture de guerre », in Jean-Pierre Rioux, Jean-François Sirinelli, Pour une histoire culturelle, le Seuil, 1997. Voir aussi : http://www.historial.org

Rémi Cazals, Frédéric Rousseau, 14-18, le cri d’une génération, Privat, 2001. Voir aussi : http://www.crid1418.org

Henry Rousso, « Hitler et Staline. Eléments pour une comparaison », L’Histoire, n° 239, janvier 2000, p. 16-18

 

En pièces jointes :

Les documents proposés aux élèves : une fiche sur la Première Guerre mondiale et une fiche sur les totalitarismes.

Une mise au point sur la controverse à propos de la Première Guerre mondiale, extraite d’un article de Jean Birnbaum, accompagnée d’une bibliographie indicative.