search

Accueil > Enseigner > Enseignement Moral et Civique > La République et la citoyenneté > Education morale et civique en 6e : savoir bien vivre ensemble

Education morale et civique en 6e : savoir bien vivre ensemble

samedi 8 septembre 2018, par J-F Boyer webmestre

L’article propose une courte analyse didactique de la conception d’un module en EMC. Le module est orienté par une compétence définie : "savoir bien vivre ensemble". Pour cela les élèves travaillent sur les règles, la loi en France et les valeurs dont la fraternité pour bien vivre ensemble.

Cela fait quelque temps que je n’ai pas partagé des travaux dans le site. Deux raisons essentielles : une certaines lassitudes puisque peu souhaite faire partager leur expérience dans le site académique et un manque de temps puisque j’ai repris des études en sciences de l’éducation. Toutefois, cette dernière raison est aussi devenue la cause de cet article. Ayant appris beaucoup en un an, je partage à nouveau...c’est une manière de proposer une production susceptible d’être transposable par et pour d’autres...

La loi sur l’usage du téléphone portable au collège est l’occasion de travailler sur le bien vivre ensemble dans notre République.La situation de départ (classique, il me semble) est de partir sur la construction des règles pour bien vivre en classe. Elles font l’objet d’un débat entre discussion, argumentation, modification et le vote. Ce travail est présenté comme une simulation du travail des représentats du peuple au parlement.

Quelques mots pour comprendre la didactique de ce module (voir le fichier joint.

  • L’approche par compétence (APC) n’est pas une méthodologie mais plutôt « comme un raccourci pour caractériser un changement de finalité, d’objets d’enseignement, d’approches didactiques et de pratiques évaluatives, bref, un changement de curriculum » (Beckers, 2012). La compétence est « un savoir agir » qui réclame de mobiliser des connaissances, plus exactement des connaissances variées (déclaratives et procédurales) que l’on retrouve souvent sous le triptyque savoir, savoir-faire et savoir-être. Pour la compétence « le bien vivre ensemble » par exemple, il faut avoir des connaissances sur la loi, être capable de lire et d’identifier un document, de s’exprimer etc… Bref, il faut être capable de mener différentes actions dans une situation donnée, par exemple construire des règles dans une classe. Ce sont ces actions que l’on retrouve dans les référentiels et qui sont donc évaluables, contrairement à la compétence (difficile d’évaluer un savoir agir !).
  • Le document joint propose des tâches pour les élèves à travers des situations d’exploration, d’analyse, de synthèse et de réinvestissement. L’ordre et le choix des tâches est à l’appréciation de l’enseignant : on peut commencer par une situation de synthèse en classe ou à la maison (classe inversée), d’exploration au début etc…
  • Par ailleurs, il me semble très important de proposer une explicitation sur l’apprendre à apprendre la leçon. C’est pour cela que j’ai mis en place le jeu des trois couleurs avec le repérage des mots importants, un cours attrayant avec des dessins pour rendre visible des concepts abstraits.
  • D’autre part, il est aussi essentiel de construire des tâches complexes pour justement faire vivre la compétence. Il ne s’agit plus seulement de proposer des tâches découpées, des actions uniques…mais bien de construire une tâche qui va mobiliser plusieurs types de connaissances.
  • Le document joint propose justement quelques éléments pour construire une compétence « savoir vivre avec les autres ». Mon second objectif est d’aider les élèves en difficulté, qui ont le plus besoin d’étayage sans pour autant négliger les autres.

Il est tout à fait possible de répondre à cet article en envoyant un mot par mail pour suggérer des questions, des réponses, des troubles, des certitudes, des expériences etc…

Enfin, il est très important d’analyser sa pratique…

J-F Boyer