search

Accueil > Se documenter > Mise au point scientifique Géo > La prospective dans l’enseignement de la géographie

La prospective dans l’enseignement de la géographie

mardi 7 juin 2016, par Angélique Marie, Cécile De Joie, Mathieu Chartier

Dans les nouveaux programmes de géographie de collège, applicables à la rentrée 2016, on retrouve à six reprises le terme prospective :

- Dans les thématiques du cycle 3 : "La nécessité de faire comprendre aux élèves l’impératif d’un développement durable et équitable de l’habitation humaine de la Terre et les enjeux liés structure l’enseignement de géographie des cycles 3 et 4. Ils introduisent un nouveau rapport au futur et permettent aux élèves d’apprendre à inscrire leur réflexion dans un temps long et à imaginer des alternatives à ce que l’on pense comme un futur inéluctable. C’est notamment l’occasion d’une sensibilisation des élèves à la prospective territoriale. En effet, l’introduction d’une dimension prospective dans l’enseignement de la géographie permet aux élèves de mieux s’approprier les dynamiques des territoires et de réfléchir aux scénarios d’avenir possibles. En classe de sixième, c’est l’occasion pour le(s) professeur(s) de mener un projet de son (leur) choix, qui peut reprendre des thématiques abordées en première partie du cycle."

- Un peu plus loin, dans le thème 1 (programme de 6e) : "Habiter une métropole" Les élèves sont invités, dans le cadre d’une initiation à la prospective territoriale, à imaginer la ville du futur : comment s’y déplacer ? Comment repenser la question de son approvisionnement ? Quelles architectures inventer ? Comment ménager la cohabitation pour mieux vivre ensemble ? Comment améliorer le développement durable ?

- Dans l’introduction aux programmes du cycle 4 : Il est important que les élèves soient confrontés durant leur parcours à des exemples et des cas appartenant aux différents grands ensembles territoriaux du monde contemporain. On pourra utiliser les ressources de la réflexion prospective, qui permet, pour tous les thèmes proposés, de poser des questions pertinentes sur les ressources et les contraintes géographiques que des sociétés connaissent et sur les perspectives de développement qu’elles peuvent envisager, et d’engager de nombreuses activités de type projet avec les élèves.

- Classe de 5e, Thème 3 : Prévenir les risques, s’adapter au changement global : Ce thème est étudié en remobilisant les acquis des élèves construits durant le programme de géographie du cycle 3. Il est particulièrement adapté à la démarche prospective.

- Classe de 3e, Thème 2 : Pourquoi et comment aménager le territoire ? Le sous-thème 1 est mis en œuvre à partir d’une étude de cas d’un aménagement local ou/et régional. Les approches de prospective territoriale sont particulièrement intéressantes pour sensibiliser les élèves à la portée de l’aménagement. L’étude de cas est mise en perspective aux échelles nationale et européennes. La démarche se prête à la réalisation d’un croquis de l’organisation du territoire national.

En lien avec le terme, les auteurs du programme font allusion à des ressources et proposent des idées de situations pédagogiques faisant place aux projets et à la cartographie.

Qu’est-ce que la prospective ?

D’après Geoconfluence, Prospective et scénarios : des méthodes pour simuler et préparer l’avenir, Sylviane Tabarly, Juin 2009.

Décideurs, aménageurs, doivent, pour prendre des décisions éclairées, anticiper le futur. Ils se livrent ainsi à des réflexions prospectives à partir des grandes tendances du présent. Mais ils doivent aussi anticiper les inflexions qui pourront résulter de nouvelles législations, de nouveaux comportements sociaux, et d’autres contraintes variées telles que les évolutions des marchés, les contraintes environnementales, etc. La pensée prospective tient compte de projets plus ou moins volontaristes en termes d’objectifs à atteindre.

Pour Stéphane Cordobès, ("Le dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés", de Jacques Lévy et Michel Lussault, Belin réédition 2013), la prospective territoriale permet d’initier une dynamique collective, d’identifier les enjeux engageant l’avenir d’un espace géographique et d’élaborer, pour les relever, des stratégies pouvant se traduire en politiques publiques d’aménagement ou en projet de territoire.

La prospective est une discipline à laquelle on fait appel pour avoir un regard sur l’avenir destiné à éclairer l’action présente. La prospective a véritablement émergé en France au début des années 1950 grâce à G. Berger et B. de Jouvenel. Le terme même de "prospective" est créé par G. Berger en 1957 (Berger, 1957 & 1958), néologisme exprimant que le regard porte vers l’avenir par opposition au terme "rétrospective" qui regarde vers le passé. La prospective est une manière originale "de regarder au loin et de loin" une situation déterminée (Decouflé, 1972). C’est avant tout une attitude de l’esprit qui inverse le changement traditionnel, en partant de futurs possibles ou souhaitables pour revenir au présent. Les tendances passées et présentes sont utilisées "comme support à la réflexion" et non comme une cage qui emprisonne le futur dans les limites du présent (Massé, 1965). La prospective constitue un va-et-vient entre le présent et le futur, non pas pour prédire celui-ci mais plutôt pour aider une société à se construire un avenir désiré.

Dans les années 1960, l’État avec la DATAR (Délégation interministériele à l’aménagement du territoire et à l’attractivité régionale) est l’initiateur de la prospective territoriale pour reconstruire et moderniser le territoire. La publication en 1971 de "Une image de la France en l’an 2000 : la scénario de l’inacceptable" marque les esprits. A partir de 1990, l’État perd son monopole avec la décentralisation.

La prospective s’appuie communément sur l’élaboration de scénarios. La méthode générique des scénarios, méta-méthode conceptualisée par Godet (1986, 1992) et Poux (2003) en est un cadre méthodologique général. Mais certains cadres méthodologiques diffèrent toutefois selon l’échelle d’analyse et la dimension stratégique des scénarios.

On peut construire plusieurs types de scénarios. Le scénario de référence est un scénario dit "tendanciel" : il envisage l’évolution plausible, en général, pour la géographie, de territoires, de services liés aux spatialités (transports, aires de chalandises par exemple), etc.. Partant de ce scénario tendanciel, d’autres scénarios lui sont confrontés sur la base d’objectifs à atteindre et/ou de contraintes nouvelles prévisibles. On distingue alors :

  • Les scénarios exploratoires ou normatifs (forecasting et backcasting) qui se différencient par leur construction. Les scénarios exploratoires partent d’une situation connue, initiale, pour explorer progressivement le futur. À l’inverse, les scénarios prospectifs normatifs s’attachent à décrire des images du futur très contrastées (scénario idéal, scénario catastrophique, scénario alternatif) et à étudier les processus d’évolution qui conduisent à l’une ou à l’autre de ces situations. Le processus de modélisation est ici inverse aux scénarios exploratoires. Ces scénarios partent d’une norme de désirabilité (image souhaitable ou non) et remontent du futur vers le présent. Le cheminement est alors construit de façon rétrospective. Ils éclairent davantage les risques de ruptures et les moyens à mettre en œuvre pour parvenir à des objectifs prédéfinis (éviter telle situation ou atteindre telle autre) alors que les premiers illustrent les tendances les plus vraisemblables.
  • Les scénarios tendanciels ou contrastés. Les premiers ou scénarios "sans surprise" (Hatem, 1993) correspondent à une poursuite des tendances actuelles, sans rupture majeure, et intègrent des facteurs de changements déjà connus dont la probabilité est certaine. À l’inverse, les scénarios contrastés sont destinés à explorer des hypothèses de rupture, ayant ou non un degré de probabilité faible mais dont l’impact est potentiellement important.

Pour approfondir, un compte-rendu de conférence de Pierre Chapuy, Académie Lorraine des Sciences, 2012, en ligne : http://als.univ-lorraine.fr/files/conferences/2012/Dupuy-Prospective.pdf

Des ressources pour introduire la prospective dans l’enseignement de la géographie

Géographie de la France

  • Territoire 2040 : Comprendre la démarche de la DATAR :


Présentation de la démarche Territoires 2040... par khurel

Consulter la revue : http://territoires2040.datar.gouv.fr/spip.php?rubrique2

Sur le même site, Dijon en 2030, par M. Hilal : http://territoires2040.datar.gouv.fr/spip.php?article68

Prospective et développement durable

La question des énergies : quels scénarios pour l’avenir ?


Dessous des Cartes - 2037, un monde décarboné ? par Ledessousdescartes

Un atlas en projet pour explorer les futurs du monde par l’équipe du Lépac (Equipe du Dessous des cartes) : http://www.kisskissbankbank.com/2038-les-futurs-du-monde

Et du côté des scénarios pédagogiques ?

Les propositions présentées ci-dessous ont été repérées grâce à une recherche dans edubases HG avec comme mot-clé "prospective".

-* L’Académie de Lyon a mené une réflexion collective sur le thème de la prospective qui débouche sur six propositions pédagogiques :

- En classe de 3ème : Patrice Pasqualini, professeur d’histoire-géographie au collège Georges Charpak à Brindas dans le Rhône : Urbawest et Faire de la prospective territoriale dans le programme de géographie de 3ème

- En classe de 3ème : projet interdisciplinaire (physique-chimie- Géographie-SVT-technologie) conduit par Jean-Christophe Vohl, professeur de physique-chimie, La transition énergétique en lien avec la densification du territoire péri urbain – Niveau collège 3e - collège de Trévoux

- En classe de Seconde : Pascal Mériaux, professeur d’histoire-géographie au lycée de la Duchère à Lyon- Que peut-il advenir du quartier de la Duchère ?

- En classe de Première : Philippe Briat, professeur au lycée du Forez à Feurs : Comment imaginer Loire-centre en 2040 ?

- En classe de seconde : Catherine Barruel, professeur d’histoire-géographie au lycée Albert Camus à RilIeux-la-Pape : le quartier du nouveau Bottet : architecture et urbanisme.

- En classe de seconde : Olivier Faury, professeur d’histoire-géographie au lycée Albert Camus de Firminy : dessiner une ville idéale.

-* Les ateliers du Festival International de Géographie de Saint-Dié en 2015 ont proposé plusieurs scénarios à dimension prospective :

- Lucas Gruez, Nathalie Malabré Un projet en classe de 6e : http://histgeo.discipline.ac-lille.fr/thematiques/geographie-prospective/introduire-une-dimension-prospective-dans-lenseignement-de-la-geographie-en-classe-de-6e/view

- Sydney, voyage prospectif dans une ville face aux enjeux du développement durable (Cédric Ridel AEFE) : http://www.aefe.fr/sites/default/files/asset/file/20151230-projet-sydney-voyage-prospectif-dans-une-ville.pdf


Un stage de formation continue sera proposé sur le thème au PAF 2016/2017. Il sera l’occasion d’approfondir la notion et de développer des scénarios de manière collaborative et en incluant des outils de cartographie, notamment nouvelle version d’edugeo (sortie juin 2016).