search

Accueil > TraAM > Séquences pédagogiques > Recourir à un fil narratif pour mener un débat d’acteurs à plusieurs échelles (...)

Recourir à un fil narratif pour mener un débat d’acteurs à plusieurs échelles sur un accident technologique.

mercredi 30 juin 2021, par Mathieu Chartier

Mathieu Chartier propose une tâche complexe, conduite sur plusieurs séances, aboutissant à un débat d’acteurs ayant comme toile de fond l’accident technologique de l’usine Lubrizol à Rouen en septembre 2019.


1. Intitulé


Recourir à un fil narratif pour mener, en géographie, un débat d’acteurs à plusieurs échelles sur un accident technologique .


2. Rappel : Compétences particulièrement travaillées


- Mettre en œuvre le changement d’échelles, ou l’analyse à différentes échelles, en géographie.
- Construire une argumentation géographique, développer ses capacités argumentatives. S’exprimer, argumenter, écouter.
- Utiliser le numérique.


3. Hypothèse(s)


L’organisation d’une table ronde conduite dans le cadre du récit d’un accident industriel devrait engager les élèves à s’impliquer dans un débat citoyen, leur permettant de nourrir leur culture du risque. Les outils du géographe les orientent dans une réflexion systémique et multiscalaire avec la mobilisation de supports cartographiques et/ou multimédias en ligne.
Le fil narratif employé est celui de la catastrophe de l’usine Lubrizol à Rouen qui éclate le 26 septembre 2019. Le déroulé chronologique et les cartes narratives, préparées en amont par le professeur avec les outils de la plateforme Édugéo (Éduthèque), guident les prises de parole.
Dans quelle mesure, le recours à un fil narratif permet-il de mener un débat d’acteurs impliqués dans un accident technologique, en géographie ?


4. Méthode : Description pratique de la mise en œuvre.


En amont de l’heure de débat, les élèves ont traité le premier thème du programme de géographie de seconde à l’échelle mondiale. SOCIÉTÉS ET ENVIRONNEMENTS : DES ÉQUILIBRES FRAGILES. Pour le territoire français, ils ont travaillé sur « les milieux métropolitains et ultramarins entre valorisation et protection ». Le débat vient s’insérer en fin de thème avec « l’exploitation des ressources, protection des espaces, gestion des risques ».

A partir de 3 cartes narratives construites avec Éduthèque Édugéo, les élèves prennent connaissance du déroulé de l’évènement à 3 échelles différentes :
- la zone industrielle sur la rive sud de la Seine et l’agglomération de Rouen.
- la région Normandie
- le nord-ouest de la France jusqu’à la Belgique.
A partir de ce récit cartographié, le professeur leur propose de participer à une table ronde organisée par le Sénat et la Préfecture de Seine-Maritime. Il s’agit pour eux d’incarner le rôle d’un des acteurs de la crise que l’enseignant leur propose.

En cliquant sur les différents territoires concernés par la catastrophe dans la carte ci-dessus, vous ferez apparaître le lien qui vous permet d’accéder à la carte narrative ressource.

-Première heure : préparation du débat.
Le cadre général est mis en place avec les élèves à l’aide de la fiche qui leur est distribuée et/ou mise à disposition sur l’ENT.
Le sujet du débat est annoncé : « comment faire face à un accident industriel de grande ampleur ? ».
Les groupes de travail sont constitués. Chaque élève se voit attribué ou choisit le rôle qu’il va prendre. (Dirigeant, employé de l’entreprise, secours, représentant de la préfecture, citoyen, expert, élu…)
Les élèves lisent les documents, prélèvent et organisent des arguments.
- Deuxième heure : fin du temps de préparation du débat et tenue de la table ronde sur les enseignements de la catastrophe industrielle de Rouen Lubrizol..
Durant les quinze premières minutes, les élèves terminent la lecture des documents et finalisent leurs interventions.
La salle est ensuite configurée de manière à pouvoir organiser le débat. Les chaises sont déplacées pour une disposition en U par exemple ou en hémicycle. Le débat peut démarrer pour une durée d’environ 30 à 40 minutes.
Une captation orale (qui nécessite néanmoins une autorisation préalable) est réalisée par le professeur afin de permettre aux élèves qui le souhaiteraient de réécouter ensuite les interventions. Elle peut permettre également l’autoévaluation ou de compléter les arguments proposés.


5. Méthode : Action des élèves - mise en apprentissage de la compétence.


Première heure  : Un temps de prise en main des cartes narratives avec questions et réalisation de fiches mémoire pour chaque acteur est déterminé par le professeur en dialogue avec la classe. Ce temps d’écoute active puis de réflexion sur les supports numériques permet de déterminer les rôles de chacun.[Qui fait quoi ?]

Les ressources documentaires sont mises à disposition dans l’ENT. Des groupes (2 à 4 élèves) peuvent alors se constituer en fonction des enjeux à défendre ou par affinités. L’organisation de la salle de cours comme les rôles qu’ils doivent incarner les encouragent à mutualiser leurs efforts. Cette collaboration peut aussi évoluer vers des « tensions » entre protagonistes aux intérêts divergents.

La tâche complexe oblige chaque élève à mobiliser
- des ressources internes : connaissances, capacités ou attitudes, le cours étudié en amont
- des ressources externes : fournies par le professeur et des ressources puisées en ligne
Ces ressources peuvent être disciplinaires ou non, puisées de préférence dans le cours vu en amont.

Un temps de finalisation, en autonomie, est nécessaire pour revoir les fiches, organiser les éventuelles alliances, préparer les supports pour le débat.


6. Méthode : Action de l’enseignant.


En amont de la séance, l’enseignant rassemble les ressources numériques et prépare les fiches à distribuer aux élèves. Le fil rouge des échanges est constitué par la trame évènementielle et spatiale de l’accident industriel.
Pendant la séance de documentation des différents rôles, le professeur se place en observateur, sans influencer le choix des élèves. Il peut apporter un appui technique, notionnel pour enrichir le personnage. Il encourage aussi les regroupements d’acteurs en fonction de la proximité de leurs intérêts.

Les notions et le vocabulaire pourront être explicités mais l’idée est que les élèves réinvestissent les notions étudiées dans le thème 1 de géographie. Deux témoins-journalistes-rédacteurs peuvent tenir le rôle de « synthétiseurs » avec l’élaboration d’une carte mentale collaborative type Framindmap. Des tweets fictifs peuvent également servir à baliser les prises de parole clés.
Le scénario pédagogique et le déroulé des évènements de l’accident industriel orientent vers l’appropriation par les élèves de la notion de système en géographie. D’après le site Géoconfluences, « tout système forme une unité caractérisée (…) par plusieurs éléments en interaction (…) et (…) par les propriétés de cohésion, d’interdépendance (…). » On peut ainsi mettre en exergue les liens entre les faits et les acteurs de l’évènement, en essayant de tenir compte de l’extension de plus en plus vaste du nuage de pollution au fil des heures. La dynamique des faits doit encourager les acteurs-élèves à revoir leurs positions en fonction de leurs intérêts propres ou de ceux qu’ils représentent.

C’est l’occasion de mettre en œuvre une analyse multiscalaire pour saisir les dynamiques sociales, politiques, économiques ou financières induites par un fait divers accidentel local mais dont les conséquences sont inscrites jusqu’à l’échelle mondiale. Afin de synthétiser les positions du débat, il peut être utile de remobiliser la notion de transition, fil rouge du programme de seconde, alors en début d’acquisition.

La prise de parole lors des débats nécessite l’implication de chaque élève pour défendre ses positions et ce dans l’optique de la préparation du Grand oral de terminale.


7. Conseil : Obstacles et modifications possibles.


Un obstacle est lié aux salles informatiques, qui n’ont pas toujours les capacités d’accueil suffisantes pour des groupes d’une trentaine d’élèves.

La séance est prévue pour une durée de 2 heures mais peut être modifiée. On peut opportunément prolonger d’une heure en fonction de l’intérêt des élèves, de la dynamique de la classe. Une certaine souplesse horaire peut être trouvée avec l’EMC par exemple. La démarche proposée offre donc une certaine plasticité. Les rôles que les élèves s’attribuent peuvent être élargis ou peuvent évoluer au fil des échanges.

L’écoute des captures mp3 (voir "Productions d’élèves" ) peut offrir un échantillon de l’appropriation possible par les élèves de cette situation de protagoniste.


8. Complément : Les intérêts du numérique.


Les cartes narratives qui servent de support principal sont produites par le professeur avec Éduthèque-Édugéo. Les points forts de cette plateforme et l’intérêt de l’application dédiée sont présentés dans l’article : Incendie de l’usine Lubrizol de Rouen, conséquences multiscalaires d’un accident industriel, en ligne sur le site académique de Dijon.

La nouvelle déclinaison carte narrative offre la possibilité de créer un parcours immersif avec une trame de récit s’appuyant sur des ressources cartographiques et multimédias issues notamment de l’IGN.


9. Complément : PIX CRCN.


- Information et données.
—>Mener une recherche documentaire.

- Création de contenus.
—>Développer des documents multimédia (carte mentale)

—>En fonction de l’aisance du groupe et du temps disponible, on peut envisager l’utilisation des outils de croquis embarqués dans les cartes narratives Édugéo afin d’enrichir les débats par des annotations sur les cartes mobilisées.


10. Complément : Ressources et outils numériques mobilisés.


Un outil :
- Didacticiel : produire une carte narrative avec Éduthèque Édugéo

Des ressources  :
- Vaillant, Antoine, Incendie de l’usine Lubrizol de Rouen, conséquences multiscalaires d’un accident industriel, 29/01/2020, en ligne sur le site http://lettres-histoire.spip.ac-rouen.fr
- Fichet, J.C., Les sociétés face au risque industriel : l’exemple de Lubrizol, 15/01/21, en ligne sur le site http://www.cartolycee.net.
- Fichet, J.C, Une métropole et ses habitants face aux risques industriels : les leçons de la catastrophe de Lubrizol à Rouen : https://view.genial.ly/5f7205df78f3960dae23d052
- Auditions et reportages de la commission d’enquête du Sénat : http://www.senat.fr/commission/enquete/incendie_de_lusine_lubrizol.html#c650746
- Incendie de Lubrizol, un dossier en ligne sur le site : https://www.publicsenat.fr

Lien vers EDU’Bases : https://edubase.eduscol.education.fr/fiche/17874


Annexes


Productions d’élèves

D’autres prises de parole, quelques aspects des échanges entre protagonistes de la table ronde :

Débats Rouen Lubrizol Traam 2021, parole d’une citoyenne
https://be1d.ac-dijon.fr/mediane/m/1563/d/m/e/mp3

Débats Rouen Lubrizol Traam 2021, Seveso
https://be1d.ac-dijon.fr/mediane/m/1569/d/m/e/mp3

Débats Rouen Lubrizol Traam 2021, agriculteur vs pdg
https://be1d.ac-dijon.fr/mediane/m/1568/d/m/e/mp3

Débats Rouen Lubrizol Traam 2021, loi et environnement
https://be1d.ac-dijon.fr/mediane/m/1567/d/m/e/mp3

Débats Rouen Lubrizol Traam 2021, parole des gens du voyage
https://be1d.ac-dijon.fr/mediane/m/1566/d/m/e/mp3

Débats Rouen Lubrizol Traam 2021, l’eau et défense de Mme la Ministre
https://be1d.ac-dijon.fr/mediane/m/1565/d/m/e/mp3

Débats Rouen Lubrizol Traam 2021, défaillance de l’information
https://be1d.ac-dijon.fr/mediane/m/1564/d/m/e/mp3

"retour à "Conseil : obstacles et modifications possibles"


Auteur


Mathieu Chartier


Mise en page pour le site académique : Angélique MARIE