search

Accueil > Enseigner > Histoire > XXe siècle- à nos jours > La terreur nazie : le cas de l’ancien chef du bureau des affaires juives de (...)

La terreur nazie : le cas de l’ancien chef du bureau des affaires juives de la Gestapo de Krefeld

mardi 16 novembre 2010, par J-F Boyer webmestre

L’idée est de travailler sur le témoignage d’un nazi, petit chef , du bureau des affaires juives dans une ville moyenne d’Allemagne. On va essayer de comprendre pourquoi cet homme ne se sent pas coupable, comment la Gestapo et la terreur sont organisées et quel rôle peut jouer l’historien dans cette histoire.

Problématique  :
Comment un homme "banal" participe-t-il à la machine nazie ?
Quel est le rôle de l’historien ?

Les coulisses de la leçon :
E. A. Johnson a travaillé sur près de 1100 dossiers de la Gestapo et de la Cour spéciale. "Cette masse comprend la totalité des dossiers de la Cour disponibles pour la ville de Bergheim (près de 100 cas), tous les dossiers de la Gestapo subsistants relatifs aux infractions politiques impliquant des juifs pour Krefeld (plus de 100 cas) et un échantillon représentatif de plus de 900 dossiers de la Gestapo et de la Cour spéciale (relatifs à toutes les catégories de la population allemande) pour Cologne et Krefeld" (page49).
L’auteur s’intéresse particulièrement aux hommes responsables des affaires juives à la Gestapo, analyse la structure, le fonctionnement de la Gestapo et les efforts des accusés pour échapper à tout prix à la justice après la guerre.

Cet article propose de quitter les généralités sur la nazification de l’Allemagne et de s’intéresser à un cas, un individu qui ne se sent pas coupable, policier de métier. Il réclama après la guerre l’obtention de sa retraite de fonctionnaire de police. Pour cela il se soumit sans crainte aux procédures de dénazification. "C’est ainsi que le comité de dénazification, composé de cinq de ses concitoyens de Krefeld, en arriva à la conclusion que Schulenburg n’était pas un criminel nazi coupable de crimes graves (niveau 1) mais un coupable mineurs (niveau V). Finalement après appel (mécontent du premier verdict) il finit par recevoir sa retraite à taux plein. Il meurt en 1962 à l’âge de 83 ans (il avait 60 ans en 1939).

E.A Johnson s’appuie sur le travail de Dieter Hangebruch auteur d’une étude sur la communauté juive de Krefeld. Ce dernier note, cité par Johnson à propos de Schulenburg : "un policier de l’ancienne école, de tempérament modéré et rassis, dépourvu de malveillance ou d’ambiguïté...Le chef du bureau des affaires juives du quartier de la Gestapo de Krefeld était un Schreibtischtäter typique, un bureaucrate qui s’efforçait de se libérer de toute responsabilité personnelle en traitant décemment les victimes". (page 57)

Nous n’avons pas travaillé spécifiquement sur les raisons de l’indulgence finale après la guerre dont certains ont bénéficiée...(un peu puisque la question a été posée !)

Démarche :
La séance s’intègre dans la séquence sur le régime nazi et l’installation d’une dictature en Allemagne.
Travail des élèves sur les documents projetés au vidéoprojecteur au fur et à mesure des diapo (document pdf).
Diapo 2 -3 : le témoignage de Schulenburg
Diapo 4 : l’historien apporte les informations
Diapo 5 : mise en relation entre le témoignage et le travail de l’historien

Une fiche reprenant tous les documents est également donnée.

La seconde partie, le sort des juifs pendant la guerre sera vu dans la séquence sur la seconde guerre mondiale, séance 1. (donc dans la continuité).
Diapo 6,7 et 8.
La diapo 8 évoque le devoir de mémoire...nécessaire quand on lit le doc !


Connaissances et capacités :
Un régime de terreur
raconter et expliquer la mise en place du pouvoir nazi.

Compétences :
5.1.b et 5.1.d (les grands traits de l’histoire.... et formes d’organisation politique...).
C.5.4 (faire preuve de sensibilité, d’esprit critique...).

Bibliographie :
Eric A. Johnson, la terreur Nazie, Albin Michel, 2001.
C.Delacroix, F.Dosse, P.Garcia et N.Offenstadt, historiographies, Folio histoire, 2010, (voir les articles sur le nazisme et le génocide en particulier).