search

Accueil > Enseigner > Histoire > XXe siècle- à nos jours > Une géopolitique mondiale : raconter et expliquer la Guerre Froide (...)

Une géopolitique mondiale : raconter et expliquer la Guerre Froide (programme de 3e)

vendredi 25 mai 2012, par J-F Boyer webmestre

Cette séquence est construite à partir de trois documents : les programmes du collège, le vade-mecum des capacités et les compétences du socle commun. L’articulation des trois documents abouti à la création d’un bandeau où l’élève voit le programme, la capacité les indicateurs mis en avant dans l’exercice. J’ai choisi de prendre les indicateurs plus précis et progressifs indiquées dans le vade-mecum. J’indique par C.1 etc... les compétences du socle commun permettant une validation aisée. Celle-ci est réalisable en ramassant les cahiers lors des contrôles. 

Ce choix s’explique aussi par une discussion avec Lionel Lacoux en réunion de "bassin Nevers" à propos de la progressivité dans les compétences dans nos cours. Du coup on la retrouve dans le vade-mecum à travers les différentes capacités et indicateurs proposés. De plus G.Sauvage pour le socle commun et sa validation a réalisé un tableau qui comptabilise les réussites de ses élèves pour les compétences du socle. Il apparaît donc nécessaire de lier les indicateurs riches et variées proposées dans le vade-mecum avec celles du socle commun.

L’idée du bandeau m’est venue par le site SVT de Bourgogne où l’on retrouve toute une liste d’exercices de remédiation. 

Ainsi en reprenant les programmes, le vade-mecum et le socle commun, j’arrive à ce bandeau pour mes activités d’apprentissage en classe. Comme on le voit il s’agit d’une synthèse permettant aussi de proposer des exercices de remédiation à l’instar de ce qui a été réalisé en SVT.

La séquence est découpée en 5 séances. Chaque séance est composée d’un exercice ayant deux ou trois documents maximum. On retrouve des situations d’apprentissage en classe, une en salle informatique et une dernière séance en cours magistral. Un exercice intermédiaire est proposé pour tester la compétence C.5.3.

Problématique de la séquence : Quels sont les enjeux de la Guerre Froide ? 

Démarche : voir le document exercice. 

La séance 4 fait appel à un webdocumentaire du journal Lemonde et au site du CVCE un centre de recherche et de documentation dédié aux études européennes. 

De la Guerre Froide vers le monde actuel (1945-1991)

Introduction :

Quels ont été les bouleversements du paysage politique du monde depuis 1945 ?

1945, fin de la Deuxième Guerre mondiale avec un bouleversement des grandes puissances :

- Le déclin de l’Europe ;deux pays vainqueurs : Royaume-Uni et France

- L’émergence de l’U.R.S.S., pays vainqueur, mais très affaibli sur le plan économique

- La confirmation de la puissance économique et surtout militaire des Etats-Unis.

Après la capitulation de l’Allemagne, le 8 mai 1945, l’alliance de l’URSS et des USA ne peut durer et la rupture entraîne le monde dans une organisation bipolaire appelée " guerre froide ".

 

1-Le plan Marshall : la reconstruction de l’Europe.

Pour préserver la démocratie, il faut aider les peuples à se reconstruire. En conséquence, les USA proposent en 1947 le plan Marshall (aide économique). Seuls les pays de l’Europe de l’Ouest acceptent l’aide proposée.

2-L’équilibre de la terreur. 

La Guerre Froide désigne ainsi la division du monde en deux blocs de 1947 à 1989. Ce terme désigne une situation où les deux principaux adversaires ne s’affrontent jamais directement. Cependant, lors de crises très graves, la paix mondiale est très menacée…

Pendant ces crises l’avenir même de la planète est en danger, puisque les deux camps possèdent l’arme nucléaire. Chaque camp se lance alors dans la course aux armements pour dissuader l’autre d’attaquer. C’est la stratégie de la " dissuasion ", fondée sur " l’équilibre de la terreur ".

3- Un monde bipolaire.

En 1946, l’ancien Premier ministre britannique Churchill alerte les USA sur la situation en Europe. Il parle d’un rideau de fer (discours Fulton 1945). Peu à peu, les pays de l’Europe de l’Est tombent sous le joug de l’URSS. Staline et l’URSS refusent le plan Marshall (ainsi que les pays de l’Est).

La Guerre Froide désigne ainsi la division du monde en deux blocs de 1947 à 1989.

4- Une crise : Cuba, l’âge nucléaire.

L’île est proche des Etats-Unis. Son dirigeant, Fidel Castro, souhaite une plus grande indépendance économique et nationalise les entreprises américaines. Les Etats-Unis tentent de le renverser et le poussent à rechercher l’aide soviétique. En octobre 1962, des avions américains découvrent des missiles nucléaires soviétiques sur l’île. C’est une menace directe pour le territoire américain. Le pdt Kennedy adresse un ultimatum à l’URSS (riposte atomique). Khrouchtchev cède. Dégel. Chacun s’occupe de son camp.

D’autres conflits (Guerre de Corée, VietNam….)

5-L’Europe : la situation de l’Europe et de l’Allemagne.

L’Allemagne est au cœur de la guerre froide car elle est une zone de contact entre les deux blocs. Elle est le lieu de plusieurs affrontements entre les camps et devient le symbole de la Guerre froide. 

La première date clef est l’année 1948 avec l’encerclement de Berlin par les chars Russe sur la volonté de Staline. Ce dernier espère que les Américains vont laisser Berlin. Ces derniers réagissent en mettant au point un gigantesque pont aérien pendant plusieurs mois pour apporter nourriture et matériels aux zones françaises, Américaines et Anglaise. Finalement Staline abandonne et l’année 1949 est marquée par la naissance de deux Allemagnes : la RDA à l’Est et la RFA à l’Oues

La deuxième date clef est la création du mur de Berlin en 1961 suite à l’exode massif de 2 millions d’allemands de l’est depuis 1953. Le 26 juin 1963, le président américain Kennedy lance sa phrase : ich bine in Berliner signifiant son attachement à Berlin et à la liberté pour tous.

La dernière date clef est la chute du mur le 9 novembre 1989. Elle témoigne de l’émancipation des peuples, de la chute des dictatures à l’est et de la politique de liberté prônée par Gorbatchev le secrétaire générale de l’USS. Elle est suivie le 3 octobre de la réunification de l’Allemagne.

6-La fin de la guerre froide.(CM)

L’URSS est né en 1922. Elle installe sa domination sur l’Europe entre 1945 et 1948. En 1985 Gorbatchev est élu secrétaire général de l’URSS. La chute du mur de Berlin le 9 nov 1989 et la disparition des dictatures communistes en Europe (Roumanie, Bulgarie, Tchécoslovaquie..) aboutit à la disparition de l’URSS : le 25 décembre 1991 Gorbatchev démissionne : c’est la fin de l’URSS. L’ensemble est désormais divisé en état indépendant : la Russie, l’Ukraine par ex.

La fin de l’URSS est les résultats de deux processus :

 

Causes

L’écroulement du régime communiste 

- les dépenses exorbitantes dans le domaine miliaire,

- l’enlisement dans la guerre en Afghanistan

- la faillite économique du pays

La chute d’un empire vieux de 300 ans

- Le droit des peuples à disposer d’eux même : des pays satellites demandent leurs indépendances (la Pologne avec les lutte de Solidarnosc par ex, soutenu par l’élection du pape Polonais Jean-Paul II).

- La politique de Glanost (réformer) et la pérestroïka (libérer la parole)

 

En conclusion : un planisphère affrontement est-ouest à remplir.

Capacités/Socle commun : C1.2/C4.4/C.5.1/C.5.3 ( raconter - expliquer)

TICE : séance 4, en salle informatique avec l’étude d’un webdocumentaire à propos de l’Allemagne pendant la Guerre Froide. 

Bilan :

le devoir intermédiaire est très satisfaisant. 

La séquence en terme de temps est à réduire (dans les exercices). La séance en salle informatique permet de travailler avec les élèves en difficulté en priorité (remédiation sur les capacités) avec une correction à l’heure suivante : 1h30 d’utilisé !...C’est un choix. Il est clair que le temps pris dans cette séquence est long...

Le bandeau m’oblige à mieux articuler mon travail sur les programmes - capacités- compétences. 

Ce type de présentation me permet aussi de construire des exercices de remédiation et donc de créer une base pour l’avenir....

Enfin, les capacités et les compétences n’empêchent pas les connaissances...