search

Accueil > Enseigner > Histoire > Histoire des Arts > L’Annonciation de F.Del Cossa : humanisme et christianisme

L’Annonciation de F.Del Cossa : humanisme et christianisme

dimanche 19 avril 2009, par J-F Boyer webmestre

L’étude de cette annonciation est partie de la lecture de D.Arasse, l’homme en perspective, Hazan, 2008 et notamment les pages 300 et suivante à propos de ce tableau.

Ce tableau propose une double lecture :

- dans un premier temps on peut présenter les caractéristiques"modernes" de cette oeuvre ( architecture, antiquité, perspective...). Le sujet religieux, l’annonciation semble passer au second plan.

- dans un second temps l’observation d’un détail "l’escargot" renverse la lecture et la resitue dans son contexte religieux. Il s’agit bien d’une oeuvre religieuse !

    Pourquoi cette œuvre dans un cours et comment pouvons nous l’utiliser ?

Le pourquoi permet de montrer les idées nouvelles (l’homme libre dans un espace...) mais aussi les doutes et interrogations de certains sur ces questions ( Dieu, voir Savonarole). Au préalable on aura fait le travail sur l’humanisme. (voir l’article : http://histoire-geographie.ac-dijon.fr/spiphistoire/spip.php?article181) et (http://histoire-geographie.ac-dijon.fr/spiphistoire/spip.php?article229)

Le cas de Pic de la Mirandole est intéressant : voir l’article dans Wikipédia par exemple : http://fr.wikipedia.org/wiki/Pic_de_la_Mirandole

Je n’insiste pas sur l’aspect "antiquité gréco-latine"dans ce travail puisqu’il est vu dans la première activité (http://histoire-geographie.ac-dijon.fr/spiphistoire/spip.php?article229). J’insiste plutôt dans cette activité et seconde partie du cours sur l’humanisme et renaissance, sur l’aspect religieux qui n’est ni oublié ni terminé dans cette période de la Renaissance. La renaisance n’est pas seulement la liberté de l’homme (voir Pic de la Mirandole par exemple). F.Del Cossa est un peintre qui appartient à l’école de Ferrare. "Les inventions Ferraraises manifestent toujours ce besoin d’affirmer ou de préserver le spirituel au coeur même de la representation moderne ou vraisemblable du sacré" (D.Arasse, l’homme primitif, page 303).

Un dernier petit point : on peut montrer d’autres annonciations : voir cette adresse et notamment cliquer sur le lien propoosé (http://histoire-geographie.ac-dijon.fr/spiphistoire/spip.php?article213)

Le comment : lecture de l’œuvre par les élèves (binôme ) en salle informatique avec l’animation flash.

Objectif : description et analyse de l’œuvre (20 minutes maximum)

Puis dans un second temps : avec un vidéo projecteur, les élèves en rond et assis (comme au musée) face à l’œuvre, on discute (que voyez-vous ?Que veut montrer le peintre ?...questions du prof par rapport aux deux lectures de l’oeuvre) ensemble de cette peinture.

L’objectif est de montrer que les humanistes se pensent comme des chrétiens ( voire Erasme par exemple).

La séance suivante sera sur Luther et la remise en cause de l’Église de Rome. (nous avons vu la question sur les vaudois du XIIIe siècle : hérétiques selon l’Eglise et les Béghard de Strasbourg au XIVe siècle).

 Sitographie : D.Letouzey propose des informations et des liens vers les entretiens de D.Arasse. Le compte rendu sur "l’escargot" tente de restituer le raisonnement d’Arasse, dont sa phrase sur " réfléchir " et " regarder ".Passionnant.
http://clioweb.free.fr/art/escargot.htm

 Effectivement la reprise avec les élèves doit justement insister sur "regarder et réfléchir".C’est le ressenti que j’ai (aussi) en lisant avidemment les pages de D.Arasse. (Merci à D.Letouzey pour les quelques remarques sur ce travail).

 

 Si certains souhaitent commenter cet article et apporter des précisions merci de me contacter (webmestre, voir l’adresse dans contacter).