search

Accueil > Enseigner > Histoire > XXe siècle- à nos jours > Des "signes" pour aborder l’histoire de la Shoah

Des "signes" pour aborder l’histoire de la Shoah

mercredi 13 mars 2013, par E.Menetrey

En 3ème, décrire et analyser des lieux et des oeuvres pour soulever la problématique de la leçon liée à la Shoah dans le chapitre "Le 2de guerre mondiale, une guerre d’anéantissement"

Quelques « signes » pour aborder l’histoire de la destruction des Juifs d’Europe

Présentation :
Il s’agit donc de débuter, en 3ème, dans le chapitre sur le 2de guerre mondiale, l’étude de la destruction des Juifs d’Europe.
Deux approches sont ici proposées mais elles partagent un point commun qui est d’aborder cette question par une de ses manifestations les plus tangibles : celle du vide, de l’absence.
La Shoah peut en effet être présentée comme une volonté nazie de « fabriquer » du « néant » à l’encontre des communautés juives. Des traces, des signes manifestent cette volonté. Les documents proposés doivent donc amener les élèves à s’interroger sur cette volonté afin de décrire et d’expliquer le processus qui a constitué le passage à l’acte de cette volonté.
Il importe cependant de distinguer les deux « dossiers » proposés : l’un renvoie à des traces matérielles (le diaporama), l’autre à l’interprétation de la Shoah par des artistes.
Quoi qu’il en soit, l’objectif est le même : conduire les élèves à une démarche historique en questionnant ces signes, ces traces : quel processus a conduit à leur production ?

Mise en œuvre :
Concernant le diaporama comme les deux œuvres d’art, le travail peut être lancé par une recherche, à la maison ou au CDI.

Dans le cas du diaporama, il s’agira d’abord d’une recherche de vocabulaire (bimah, synagogue...) puis d’une recherche sur les lieux : pourquoi cette synagogue est-elle devenue un musée ? Pourquoi cette mezuza a-t-elle disparu ?.... Les réponses pourront être alors constituées, selon les cas, d’indications formelles (date de création du musée, motifs clairement identifiés par la recherche menée par les élèves...) ou de la formulation d’hypothèses (cette mezuza a disparu car les Juifs qui occupaient cette maison n’y habitent plus : pourquoi ??? Pourquoi détruire des pierres tombales ???). Dans tous les cas, il faudra conduire les élèves à s’interroger sur le situation géographique (la Pologne) et le contexte interrogé (la 2de GM).

Dans le cas des œuvres d’art dont on aura indiqué le nom du ou des auteurs et la localisation, on fera mener une recherche classique, entre autres : De quand date l’œuvre ? Quels choix techniques, esthétiques ont guidé sa réalisation ? Quel(s) message(s) s’agit-il de porter ?
On pourrait ici alors introduire une première distinction entre mémoire et histoire et bien replacer l’étude dans le champ historique.

Pour des raisons de temps, il conviendrait de donner cette recherche à effectuer en dehors d’une heure de cours puis d’en faire présenter les résultats oralement en classe. Cette recherche pourrait tout aussi bien être menée individuellement qu’en groupe, en ayant le souci que tous ne travaillent pas sur le même support !

Les présentations successives devraient alors conduire à une problématique commune, dans l’idéal formulée par les élèves : Quel processus a conduit à l’anéantissement massif des Juifs dans l’Europe de la 2de Guerre mondiale par les nazis ? Comment décrire et tenter d’expliquer ce processus ?

TICE :
Les TICE seraient bien sûr ici sollicités du point de vue de la recherche documentaire mais aussi pour la présentation des documents d’étude et du résultat des recherches sous forme de diaporama par exemple, de quelques minutes chacun.

Capacités :
Il s’agira d’abord d’être capable de décrire la photographie étudiée.
Concernant les œuvres d’art, on pourra aussi attendre des élèves l’expression d’un regard critique. Cette attente devrait toutefois apparaître dans le questionnaire proposé
La capacité à travailler de façon autonome, ou à s’intégrer dans un projet collectif, selon l’organisation définie par le professeur, sera aussi travaillée dans le cadre de la recherche.
Sa présentation donnera enfin lieu à une évaluation de la maîtrise de l’expression, aussi bien orale qu’écrite.
Les présentations des élèves qui auront travaillé sur les œuvres pourra donner l’occasion de quelques remarques et conseils dans la perspective de l’oral d’Histoire des Arts.