search

Accueil > Le coin édugéo > Croquis E3C Paris métropole mondiale, pistes de différenciation avec (...)

Focus Édugéo #3

Croquis E3C Paris métropole mondiale, pistes de différenciation avec Édugéo

Transposer un texte en croquis, pratiquer la différenciation en s’appuyant sur les compétences.

jeudi 12 mars 2020, par Mathieu Chartier

Avec le nouvel exercice du croquis en E3C, quelles étapes opérationnelles peut-on dégager dans le déroulement de cette épreuve ? La mise en exergue de ces articulations peut-elle permettre de déployer des stratégies de différenciation auprès de nos élèves ? Dans quelle mesure les outils numériques, et notamment le portail Édugéo, peuvent-ils nous aider à mettre en œuvre cette tâche cartographique tout en ayant une approche différenciée ?

Les nouvelles épreuves du baccalauréat dites E3C (Épreuves Communes de Contrôle Continu) proposent une nouvelle approche de l’exercice du croquis de géographie en première comme en terminale. Pratiqué depuis le cycle 3, il nécessite la mise en place et la maîtrise de nombreuses capacités pour les élèves. La précédente version de l’épreuve du croquis, toujours en épreuve finale de baccalauréat pour la session 2020, était devenue obsolète du fait de la pratique d’un apprentissage par cœur peu réflexif.

  • D’après les programmes officiels, avec cette version rénovée il s’agit de "Transposer un texte en croquis" en une heure. http://cache.media.education.gouv.f... Même si le document écrit est explicite, les références spatiales balisées, il n’en reste pas moins que pour l’élève les opérations intellectuelles requises sont complexes.

En effet, il lui faut mobiliser des compétences d’abstraction pour passer d’un document rédigé à un croquis légendé et éventuellement problématisé. Différentes étapes peuvent être dégagées pour baliser cette progression vers la production graphique.

Avec ce nouvel exercice de croquis de synthèse, quelles étapes opérationnelles peut-on dégager dans le déroulement de cette épreuve ? La mise en exergue de ces articulations peut-elle permettre de déployer des stratégies de différenciation parmi le public de nos élèves ? Dans quelle mesure les outils numériques, et notamment le portail Édugéo, peuvent-ils être mis en oeuvre pour pratiquer cette tâche tout en ayant une approche différenciée ?

Ce projet pédagogique a été présenté dans le cadre de la formation aux professeurs d’histoire-géographie de l’Académie de Dijon le 18 février dernier. Sous la houlette d’Angélique Marie et Bernard Corvaisier nous avons proposé une journée de stage consacrée à la différenciation pour nos classes du Collège au Lycée. L’objet de cet article est de retranscrire les principaux points de la proposition consacrée au croquis.

Le contexte de mise en oeuvre est celui d’une classe de première générale. Ce travail a été testé pendant plusieurs séances d’accompagnement personnalisé. Il est bien sûr adaptable pour le niveau dans lequel le professeur enseigne comme pour le moment choisi dans sa progression.

Les nouveaux programmes pour le baccalauréat 2021 comportent les capacités attendues pour les élèves en fin de terminale. Elles ont été rénovées, reformulées dans l’optique des nouvelles attentes de l’exercice. Tout en m’appuyant sur ces nouveaux objectifs, j’ai également puisé dans le vocabulaire des précédentes préconisations ou des cycles 3 et 4 pour bâtir le tableau qui me permet de repérer nœuds qui font difficulté.

Dans cette optique, j’ai produit ce support synthétique à double entrée pour repérer les articulations qui permettent de passer du texte au croquis
légendé.
Horizontalement sont consignés le sujet, la problématique et les compétences mobilisées pour cette tâche. Les lignes qui suivent suggèrent une approche scalaire inspirée par le texte pour structurer la légende. Un jeu de couleurs filé, du texte à la réalisation graphique, en passant par la légende, élabore une continuité visuelle dans la démarche de l’élève.
Verticalement, les jonctions entre les colonnes permettent de repérer cinq étapes qui représentent des opérations intellectuelles spécifiques dans la transposition. Chacune ou, parfois, toutes peuvent poser des difficultés aux élèves quels que soient leurs résultats scolaires ou leur niveau de maîtrise du cours en amont.

En amont, il convient d’expliciter le fonctionnement et les articulations du tableau que les élèves ne tardent pas à s’approprier. L’objectif d’une telle séance d’environ 50 minutes n’est pas tant d’aboutir à un croquis légendé complet que de faire prendre conscience aux élèves des difficultés qu’ils rencontrent. Le professeur peut apporter son aide de manière plus ciblée car l’élève formalise les obstacles qu’il doit franchir à travers cette grille.

Je propose cinq articulations nécessitant d’être enchaînées pour réaliser l’exercice :

1- Prélever : repérer dans le texte les informations pertinentes à caractère spatial ne va pas de soi. La maîtrise de la lecture ou du vocabulaire sont des composantes initiales clées. Certains élèves plus aguéris peuvent passer directement du texte à la légende.

2- Organiser : donner un ordre aux renseignements fournis par le support. On présuppose ici un classement par échelle mais le professeur peut ouvrir à d’autres références comme la mobilisation de thèmes. La transposition du texte à l’espace du croquis de synthèse pose des défis de localisations connues ou non de l’élève. Au delà des mots, les élèves peuvent être plus ou moins en capacité d’accomplir les étapes vers l’abstraction schématique. Les différentes couches cartographiques mobiisables dans Édugéo ainsi que l’outil zoom rendent l’opération plus concrète.

3- Synthétiser : le franchissement de cette articulation consiste à énoncer les items et le plan de la légende. A partir des éléments prélevés et de ses connaissances, l’élève doit accomplir un effort de synthèse et de reformulation. Le format restreint de la légende oblige à condenser des informations riches et complexes. Dans ce domaine, les onglets qui permettent d’éditer et de structurer la légende dans Édugéo permettent à l’élève d’expérimenter des configurations variées.

4- Figurer : de nouveau l’élève se trouve confronté au défi du tri de l’information et de l’abstraction. Il lui faut discrétiser les items entre figurés ponctuels, linéaires et de surfaces. Mais il doit également réaliser un effort conséquent d’anticipation pour tester dans son imagination, ou au brouillon, les combinaisons de figurés et leur lisibilité finale. La riche bibliothèque de figurés contenue dans Édugéo offre l’opportunité de tester des figurés au rendu visuel pertinent.

5- Schématiser-cartographier : je justifie l’emploi de ces deux termes du fait que ce tableau peut aider à la réalisation pas à pas de croquis mais aussi de schémas fléchés ou de cartes mentales. La réalisation du croquis en mettant en œuvre Édugéo permet de tester différentes combinaisons de couleurs, de graphismes, d’échelles ou encore de fonds cartographiques tout en pouvant se corriger facilement. Le professeur a toute l’attitude pour donner accès à des cartes plus ou moins complétées en fonction des besoins de l’élève. S’il vise la réalisation totale de l’exercice, il doit dégager plus d’une séance ou prévoir un travail préparatif en amont.

La souplesse globale dans la mise en pratique de ce tableau fait partie de la stratégie de différenciation en fonction des besoins de la classe et des élèves. Tout comme le croquis lacunaire ou monochrome de la métropole parisienne, le tableau est proposé en version papier ou numérique avec plus ou moins de vides. En situation d’autoévaluation, les élèves sont invités à diagnostiquer leurs difficultés après une première lecture du texte support.

D’un bout à l’autre de la chaîne, les opérations mises en oeuvre pour "transposer un texte en croquis" sont complexes et variées. Le tableau suggéré dans cet article se veut un outil pour aider les élèves à construire une pensée abstraite à partir de données concrètes et spatialisées. Il doit permettre aussi à l’enseignant de poser un diagnostic pour ajuster son évaluation et atteindre les capacités requises par le travail de croquis en E3C. La plateforme de croquis Édugéo accessible depuis l’Éduthèque offre ainsi des possibilités fécondes pour renouveler l’approche de cette tâche complexe. On peut imaginer des prolongement de cet exercice pour rédiger une réponse argumentée à une question problématisée. Pourquoi ne pas utiliser la déclinaison "carte narrative" d’Édugéo pour inviter les élèves à rédiger les parties et items de la légende du croquis. Individuellement ou en groupe, ils peuvent produire un contenu multimédia qui devient la trace écrite du cours.